- PEUPLE CONSCIENT HÉBERGE PLUSIEURS SITES INTERNET INTER-RELIÉS -

Ce sont les personnes conscientes, pacifiques, écologiques, qui ont le plus besoin d'argent...

Faites connaître ce site et soyez rémunéré$$$

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


VIVRE CONSCIEMMENT

Ce texte paraîtra dans le Codex Nutrire

disponible Septembre 2017
10€
Commandez
tout de suite

publications@edenum.com


Les textes de PeupleConscient peuvent être utilisés librement avec ou sans référence. Mais, si vous n'affichez pas la référence, vous perdrez des occasions de vous enrichir... Inscrivez-vous à PeupleConscient,
recevez un code d'identification...
informez-en tous vos lecteurs, vos visiteurs...
et recevez des ristournes.
CODEX NUTRIRE / DIGESTION

L'Inflammation

La majorité des maladies commencent par s’exprimer par une inflammation. Plusieurs maladies sont de type inflammatoires, en autres l’arthrite rhumatismale. L’inflammation n’est qu’un ensemble de réactions de l’organisme dues à une irritation d’un tissu.

Dans toute inflammation il se forme une série de décombinaisons moléculaires, qui ont pour but la décomposition des solides et l’altération des liquides organiques : il faut tout simplement réduire la taille moléculaire des substances prisonnières de la partie enflammée… pour en faciliter le déplacement, puis l’évacuation. La fermentation sert à la transformation d’un dépôt de substances étrangères dont l’organisme ne pouvait pas utiliser –ni ne pourra jamais–, et dont elles n’ont pu être évacuées.

Plus un feu est intense, plus la consomption est complète : il ne reste que des cendres, facilement retournées dans la Nature. Toutes les matières doivent retourner à la Nature pour être recyclées. De même, dans l’organisme humain, il faut que le travail inflammatoire dure quelque temps et la fermentation portée à un assez haut degré d’intensité (activité bactérienne). Tout cela, toujours dans le but de la disgrégation des substances étrangères en fermentation.

Plus la fermentation est intense, plus le morcellement est efficace... mais, elle peut être dangereuse en détruisant une trop grande quantité de cellules saines environnantes (élévation de la température, sous-produits acides). La fermentation croît en intensité plus le dépôt est important ou plus il est constitué de substances difficilement décomposables (comme les nombreuses molécules synthétiques alimentaires et médicamenteuses).

Le résultat de cette action naturelle purificatrice peut être heureux ou funeste : tout se joue au niveau du succès ou insuccès de l’évacuation de la matière en fermentation (et les produits dérivés sous les trois états). Plus la partie enflammée est près de la surface (comme dans la peau), plus l’évacuation est facile, car la distance de déplacement est courte et que les frictions sont moindres. La cellulite est caractérisée par l’inflammation du tissu cellulaire sous-cutané. Elle est habituellement  de nature féminine, quoique de plus en plus retrouvée chez les hommes. Le danger de l’inflammation diminue donc évidemment lorsqu’elle a son siège sur les membranes cutanées et muqueuses, parce que les produits de cette affection s’écoulent facilement et directement au-dehors (ce qui réduit les dommages des frictions) : ce sont les « fièvres éruptives ».

Ensuite, ces substances peuvent se déposées en partie dans un organe éliminateur si celui-ci est débordé ou déjà en mauvais état. Enfin, si l’inflammation se situe dans les organes internes, elle est nécessairement plus chronique. Plus l’organe enflammé est à l’intérieur (et plus ses tissus sont encrassés et depuis longtemps), plus grave est l’inflammation.

Bien entendu, les dangers de l’inflammation (affinité morbide) sont relatifs à l’importance de l’organe atteint. Par exemple, l’inflammation de l’estomac est moins dangereuse que celle du cerveau. L’inflammation dans le tissu des membres elle est assez légère, à l’abdomen elle est dangereuse et à la poitrine peut être mortelle. L’inflammation du tube intestinal et surtout de l’estomac (gastrite, gastro-entérite), occasionne les trois quarts des maladies (les internes) et complique celles de l’autre quart (les externes et les maladies chroniques). La cause de presque toutes les maladies prend sa source dans le vice des mauvaises digestions.

Une inflammation devient dangereuse lorsque la matière en fermentation est trop importante et que la lymphe est déjà saturée de toxines (à cause du mauvais fonctionnement de la peau et des poumons en particulier).

Lorsque la fermentation s’intensifie (surtout lorsque l’on poursuit de s’alimenter de repas indigeste et/ou copieux), la température s’élève à un point tel que les cellules environnantes sont détruites... ce qui endommagent le tissu (souvent celui-ci composant un organe). Ce n’est JAMAIS un organe qui est « malade », ce sont ses tissus qui sont encrassés. Une inflammation devient chronique lorsqu’on persiste à la nourrir d’aliments indigestes. Aussi, plus l’inflammation est intense, plus il y a de bactéries, plus il y a de « merdes » de bactéries... et ce sont elles qui sont hautement toxiques (acidifiantes et corrosives).

Chez les enfants, il y a des crises « heureuses » (comme toutes les maladies dites infantiles) parce que leur intoxication est généralement moins importante que chez l’adulte), et que leur peau est en meilleur état. L’inflammation et la fièvre inflammatoire sont la mesure de la lutte entre la vie et le mal. Plus la vitalité de l’organisme est forte, plus la fièvre et l’inflammation sont intenses, car plus de molécules sont mises en mouvement (donc, plus de frictions).

Grâce à la fièvre et la transpiration abondante qu’elle provoque, l’évacuation des éléments morbides rétablit le calme dans l’organisme. Les évacuations répétées font disparaître comme par enchantement toutes traces d’inflammation, de fièvre et de douleurs. D’où l’importance de la Détoxication et des pratiques de purification.

La guérison réelle n’est réalisée que si les produits résiduels de l’inflammation sont évacués au dehors du corps. On guérit un mal de gorge ou une otite lorsqu’on a évacué les substances étrangères qui causaient l’inflammationJAMAIS en ajoutant d’autres substances étrangères. La Médecine nous a habitués à crier à la guérison dès que les symptômes s’estompent… alors que très souvent, les substances étrangères n’ont été, par la fermentation, que déplacées pour aller se déposer ailleurs… et une maladie future y sera révélée.

La médecine naturelle, comme la Néo-Naturo-Thérapie, s’applique à produire des évacuations éliminatrices (détoxictation). La médecine allopathique s’efforce de faire tout le contraire : comme faire cesser l’écoulement nasal, la toux, la diarrhée, la fièvre, la transpiration, les éruptions cutanées, etc. !!! Il faut que vous gardiez le mal en vous ! C’est imprudent et meurtrier de le faire, car cela ne fait qu’empirer l’état maladif... et ne sert qu’à assurer le monopole perpétuel du business de la maladie.
Les dépôts de substances étrangères doivent être dissoutes et être circulées par les humeurs (qui deviennent momentanément viciées, soient concentrées de molécules inutiles et toxiques). La peau et les reins sont grandement sollicités pour qu’il y ait le plus rapidement possible une évacuation de ces humeurs (sang, lymphe, sueurs, urine). C’est pour cela que la saignée a si bien fonctionné (avec quelques dérapages par des abus et des infections) durant plusieurs siècles : l’on évacuait rapidement le sang vicié (il y avait guérison seulement chez les malades qui avaient suffisamment de vitalité et d’aliments sains pour régénérer le sang perdu).
C’est à une grande quantité de dépôts que survient l’inflammation qui peut s’intensifier jusqu’à provoquer l’ulcération. Les hémorragies, les éruptions, les fluxions, les sueurs, les exhalations , les sécrétions très abondantes peuvent donc être évidemment rapportées à l’activité anormale des actions et des combinaisons moléculaires.

Disgrégation : disséminer (Répandre en divers points sur un espace étendu), morcellement (Diviser (quelque chose) en morceaux, fragmenter.)

Les symptômes sont par conséquent caractérisés par : - la rougeur, la douleur, la tuméfaction, la chaleur.

la rougeur
La partie enflammée rougit à cause de l’accroissement du flot sanguin pour favoriser le nettoyage et combattre l’élévation de la température; aussi par l’activité bactérienne intense.

la douleur

La douleur est toujours ressentie lorsque une forte concentration de substances étrangères traversent les tissus humains.

la tuméfaction, l’oedème, l’enflure

Lorsqu’il y a une inflammation dans le corps humain, l’on remarque qu’il y a toujours une infiltration de liquide séreux dans divers tissus, caractérisée par un gonflement.

Le caractère essentiel de toute irritation inflammatoire est d’attirer les fluides vers les tissus irrités, qui deviennent ainsi le siège d’une véritable congestion.

Le liquide (en provenance de la lymphe et du sang) sert à réduire la température (pour éviter de brûler les cellules avoisinantes) et pour diluer les substances étrangères pour faciliter leur déplacement (principe de l’eau servant de solvant lors du nettoyage).

L’intensité et la durée de l’oedème diffèrent selon l’intensité de l’irritation, soit la concentration de substances étrangères et leur composition (plus elles sont complexes et synthétique, plus difficiles est leur désintégration et leur déplacement).

Production de mucus pour réduire les frictions. Ce n’est pas le lait de vache qui produit directement du mucus, ce n’est que la réaction de certaines muqueuses face à l’irritation des molécules de protéines non digérés. Idem pour les céréales qui produisent rapidement des moisissures qui sont des micro-organismes irritants par leurs poils.

la chaleur

L’élévation de la température survient toujours dans une partie intoxiquée de l’organisme.


Ça ne prend pas un cours en médecine (surtout pas une formation) pour comprendre que l’inflammation est simplement provoquée par l’activité bactérienne intense responsable du processus de fermentation d’aliments indigestes. Il est donc faux de dire que l’inflammation est le système immunitaire en action. Un tissu n’est JAMAIS enflammé à cause d’une infection bactérienne : c’est le dépôt de matière qui est localement mis en fermentation pour faciliter son déplacement et son évacuation. Bien entendu qu’il y a dans ce processus un agent bactérien... mais l’invasion bactérienne ne fut possible (et nécessaire) que parce qu’il y avait en premier un terrain favorable. N’importe quelle bactérie ne produit pas un terrain favorable... une poubelle neuve ne sentira jamais la pourriture si vous ne lui mettez jamais de nourriture.

Plus un aliment est indigeste, plus la Nature lui dirige des bactéries pour « gruger » sa structure moléculaire trop complexe pour nos enzymes digestifs. C’est le principe de la fermentation.

Les molécules qui nous sont « indigestes » deviennent les matériaux de construction (nutriments) des bactéries. Mais, plus elles sont complexes —chimiques, industrielles—, plus le travail des bactéries est intense... ce qui élève la température... car, plus les bactéries doivent « suer » pour accomplir leurs tâches). L’énergie libérée des fissions moléculaires qu’elles accomplissent (c’est cela leur travail) produit de la chaleur, à ce que le corps réagit en accroissant la circulation des liquides (tuméfaction).

Lorsque l’on continue de s’alimenter alors qu’il y a une indigestion (ou une fermentation excessive), l’on ne fait que nourrir les bactéries et ainsi accentuer leur prolifération... ce qui produit une forte concentration de leurs défécations hautement acides.

Ce sont les aliments qui sont responsables de tous les méfaits, comme une inflammation chronique (impliquée dans le diabète et maladies cardiovasculaires). La phthisie (tuberculose pulmonaire) n’est qussi que le résultat des mauvaises élaborations digestives (éliminations des sous produits toxiques des fermentations excessives successives). Il en est de même pour les laryngites, bronchites, hémoptysie, apoplexie, gangrène, oedème, emphysème du poumon, etc., etc.

Mais, il ne faut pas oublier non plus les effets de l’alcool qui sont de produire une inflammationnn de la muqueuse de l’estomac (ce qui blesse les parois et réduit l’efficacement des mouvements digestifs ainsi que réduire les sécrétions glandulaires (après les avoir en premier excitées).

C’est pour cela que se développe des gastrites, des dyspepsies... jusqu’aux ulcérations. Un alcoolique éprouve à l’estomac une sensation de brûlure... qu’il étouffe par de nouvelles ingestions d’alcool.

Les éléments morbides ont été étudiés et pris en considération à toutes les époques de la médecine. Mais, ces savants médecins ne les ont pas compris, tout simplement parce qu’ils sont instruits par des ignorants depuis plusieurs siècles (les pions de la religion catholique). Au lieu de comprendre que la guérison se trouvait dans l’évacuation des éléments morbides, la Médecine, un commerce lucratif surtout depuis 10 siècles, a développé une pathologie dans l’unique but de vendre des potions magiques (sirops, confitures, dragées... sucrés évidemment pour cacher le goût affreux de leurs poisons chimiques).

Ainsi, le traitement allopathique de la maladie vise surtout à stopper l’inflammation, à bloquer ce processus naturel de guérison par de grandes médications.

Les infections sont combattues avec des antiseptiques ou désinfectants; l’adynamie (faiblesse musculaire) combattue par la médication sthénique; Lla fièvre est traitée par la médication antithermique; les phlegmasies (inflammation interne) justifient l’emploi des nombreux moyens antiphlogistiques; les inflammations intestinales font gober des tonnes d’antibiotiques; les migraines, des millions de tonnes d’ antalgiques; les allergies, des milliards de tonnes d’antihistaminiques; décongestionnants, anti-inflammatoires, anti-dépresseurs, etc.

TOUTES CES MERDES CHIMIQUES
NE SERVENT POUR QUE NOUS IGNORIONS
LES RELATIONS ENTRE LES PRODUITS ALIMENTAIRES
(TOUS INDIGESTES & INTOXICANTS)
ET TOUTES LES MALADIES.

L’irritation et l’inflammation sont l’EFFET et non la CAUSE de la maladie.

La Médecine devrait créer la Santé et non combattre la Maladie.

Au lieu de se demander « quelle drogue dois-je utiliser pour traiter ces symptômes ? », le médecin devrait s’interroger sur ce qui a causé cette inflammation en premier.

Les causes d’une inflammation sont infimes. En premier, il faut éliminer de la liste les microbes (et non dans le corps) qui ne sont qu’un effet et non une cause. Il en va de même pour les allergènes, les toxines et le stress. Il ne reste donc que l’unique cause de la maladie établit par Louis Kuhne en 1893 : la présence de substances étrangères… dont la cause première est une mauvaise alimentation, ou une alimentation indigeste. L’inflammation n’a rien non plus à voir avec un déséquilibre du système immunitaire (qui n’est d’ailleurs pas un vrai système) qu’il faut équilibrer. L’on pourrait accuser encore une fois le gluten dans un cas de psoriasis infantile et les mauvaises bactéries (levures) qu’il a attiré dans les intestins… et prescrire une foule de suppléments alimentaires pour rétablir l’équilibre de la flore intestinale… et l’on criera victoire en quelques semaines de traitement « naturel » ! Non, ce ne fut pas un miracle, non, ce ne fut pas non plus une guérison… mais qu’une rémission… puisque l’ex-malade va continuer de s’intoxiquer et de stocker des substances étrangères… autre intoxication, autres symptômes, autres traitements… cercle bien vicieux !

L’état presque universel de l’appareil digestif humain est septique.
Cela veut dire que la fermentation et la putréfaction sont si répandues partout, que presque tout le monde souffre d’un état de putrescence dans l’estomac, dans les intestins et dans le côlon.
Les ballonnements, les gaz, les gargouillements dans l’estomac, les malaises, les selles malodorantes, l’haleine fétide et la langue chargée, (la transpiration malodorante), de même que des symptômes plus graves aussi, attestent de la putrescence qui existe
dans l’appareil digestif de la grande majorité des gens. Ensuite, les millions dépensés chaque année sur des médicaments pour pallier les malaises de cet état de choses sont une autre preuve de la défaillance générale des fonctions digestives.

– P. Bressy

Le processus de toute irritation inflammatoire est d’attirer les fluides vers les organes souffrants (intoxiqués) et l’on y remarque généralement une véritable congestion. Les liquides servent tout simplement de transporteurs des solides intoxicants. Plus il y a de solides à évacuer, plus ils causent des frictions, plus la fièvre est intense (frictions = élévation de la température). Les fluides attirés repartent viciés vers les organes émonctoires les plus près ou les plus fonctionnels. C’est ainsi qu’un organe « malade » affecte d’autres organes.

Lorsque le travail inflammatoire a duré quelque temps, et a été porté à un assez haut degré d’intensité (activité bactérienne), le morcellement des substances étrangères est un succès ou un échec selon que les organes sécrétoires ou éliminateurs réussissent à transmettre au-dehors les produits résultants cette dissémination. Souvent l’on peut avoir l’impression d’être guéri, mais les substances étrangères n’ont fait que quitter en majorité la partie enflammée pour aller se déposer ailleurs.

C’est principalement grâce à la fièvre et la transpiration abondante que sont évacués les éléments morbides dans le but de rétablir le calme dans l’organisme.

L’irritation est effet et non cause de la maladie. La Médecine devrait créer la Santé et non combattre la Maladie. Au lieu de se demander « quelle drogue dois-je utiliser pour traiter cette inflammation ? », le médecin devrait s’interroger sur ce qui a causé cette inflammation en premier. Les causes d’une inflammation sont infimes. En premier, il faut éliminer la question des microbes qui ne sont qu’un effet et non une cause. Il en va de même pour les allergènes, les toxines et le stress.

Il reste donc que l’unique cause de l’inflammation est la présence de substances étrangères… dont la cause première est une mauvaise alimentation, ou une alimentation indigeste.

( article précédent : L'IRRITATION )

Inscrivez-vous à PeupleConscient,
faites connaître nos publications et profitez d'une occasion exceptionnelle d'être
prospère. (cliquez le lien pour lire l'introduction)

Merci, et bonne lecture!




des textes inspirants gratuits sur l'actualité et sur tous les domaines de votre vie.

Supportez le site de
PeupleConscient
abonnez-vous au eZine
et instruisez-vous
.



cliquez pour consulter
les Sommaires et
des extraits des numéros parus