- PEUPLE CONSCIENT HÉBERGE PLUSIEURS SITES INTERNET INTER-RELIÉS -

Ce sont les personnes conscientes, pacifiques, écologiques, qui ont le plus besoin d'argent...

Faites connaître ce site et soyez rémunéré$$$

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


VIVRE CONSCIEMMENT

Ce texte fut publié dans le eZine PeupleConnscient #003


Les textes de PeupleConscient peuvent être utilisés librement avec ou sans référence. Mais, si vous n'affichez pas la référence, vous perdrez des occasions de vous enrichir... Inscrivez-vous à PeupleConscient,
recevez un code d'identification...
informez-en tous vos lecteurs, vos visiteurs...
et recevez des ristournes.
SOCIÉTÉ / AUTORITÉS

Il faut réaliser que notre alimentation actuelle utilise une multitude de pratiques alimentaires qui sont très récentes dans l’histoire de l’humanité.

Déjà que la majorité de nos appareils ménagers n’ont même pas 100 ans d’existence. En 1916, les foyers n’avaient rien d’autre qu’un réfrigérateur à glace et d’un poêle à bois.

Oui, il a fallu attendre l’invention de l’électricité, mais surtout l’immense tâche d’installer un réseau filaire jusqu’à la cabane la plus reculée. Entre deux poteaux électriques, il y a entre 35 à 100 mètres de distance. Il y a tout de même actuellement plus d’un milliard d’humains qui vivent sans électricité.

Mais, pour nous faire avaler n’importe quoi, il a fallu inventer la télévision. C’est l’invention charnière de la décadence de notre société.

Grâce au téléviseur présent dans presque toutes les maisons, l’on était en mesure de forcer des comportements chez les humains. Car, tout le règne animal apprend et agit principalement pas mimétisme.

Pour nous, animaux doués d’une intelligence (!), il y a la possibilité de choisir les actes à copier. Cela se fait généralement en fonction de notre évaluation sur la qualité de la personne observée ou entendue. C’est pour cela que l’on a vite institué la notion de « grades » dans la société, puis ensuite celle de « certification » officielle, dont l’émission de diplômes (qui n’est qu’un bout de papier imprimé avec un sceau officiel d’une autorité).

Dans tous les domaines de notre réalité, l’on a réussi à établir des « autorités en la matière ». Devant l’ignorance généralisée du peuple (car, l’Éducation n’enseigne que des banalités, mais surtout la docilité devant une « autorité officielle »), il est facile de faire avaler à peu près n’importe quoi à n’importe qui.

Avant tout, l’on avale :
- des mensonges;
- des vérités trafiquées;
- des données faussement scientifiques;
- des statistiques élastiques;
- des slogans contrôlants.

Dans la réalité moderne, l’activité première est de mentir pour attirer l’argent des autres. La Politique le fait, la Religion le fait, l’Industrie le fait, la Médecine le fait.

C’est universellement reconnu, tous les politiciens mentent. Ils sont tous manipulés par les industries et les banques, et ils doivent constamment s’en cacher (durant des siècles, ils étaient totalement sous le contrôle de l’Église).

Toutes les religions sont basées sur des écritures anciennes, traduites librement plusieurs fois, recopiées encore plus souvent. Les religions ne sont que le business de l’invisible, le plus ingénieux commerce que l’on ait pu inventer. Rien n’est prouvable, rien n’est démontrable, rien n’est palpable… il faut simplement CROIRE et PRIER.

Par la simple croyance (et quelques dons monétaires) l’on se croit « ami » avec l’invisible qui nous attend avec une « balance » à notre mort. Par la simple prière, l’on se croit protégé des malheurs ou pardonner de nos incontournables péchés. Le morceau est très gros à avaler.

L’important est que la gradation sociale devait être visible, c’est alors que l’on a inventé les « costumes » pour différencier les « castes ». C’est le simple principe des acteurs qui enfilent un costume en fonction du personnage particulier à acter. L’habit fait le moine comme l’on dit si bien depuis plusieurs siècles. Même à l’intérieur d’un domaine, l’habit varie selon la hiérarchie du pouvoir. Le moine, le prêtre, le cardinal, l’évêque et le pape ne s’habillent pas identiquement.

En plus de l’habillement, l’autorité s’orne d’artifices, comme une bague, un bâton, une médaille. D’ailleurs, la bague a servi durant plusieurs siècles comme signature, entre autres lors de la transmission d’ordres.

Plus une autorité a de la prestance, plus elle peut faire gober au peuple des insanités et des mensonges.

Avec les siècles, par l’évolution des sociétés, il s’est établi une hiérarchie dans l’importance des produits et services, et cela surtout pour en établir la valeur marchande. Bien entendu, la première réaction fut d’instituer que la rareté est dispendieuse.

Encore dans notre société, les professions ayant le moins de membres ont les salaires les plus élevés.

Ce qui est navrant dans cette structure sociale, c’est que plus une personne est élevée dans sa discipline, plus grand est son rayon d’action sur les citoyens, plus convaincante elle est. L’on dit bien : « c’est une autorité en la matière ».

Le principe du « gobage » est surtout important dans les deux domaines intimement liés : l’alimentation & la médication. L’on nous fait croire qu’un produit est de qualité, surtout que l’on peut à présent facilement le produire dans une forme extérieure attirante. L’on nous fait croire qu’un aliment est nourrissant et sain. L’on nous fait croire que les médicaments sont efficaces et indispensables à la guérison (sinon c’est la mort incontournable). L’on nous fait croire ce que l’on veut simplement par l’utilisation de simulations infographiques !

Inscrivez-vous à PeupleConscient,
faites connaître nos publications et profitez d'une occasion exceptionnelle d'être
prospère. (cliquez le lien pour lire l'introduction)

Merci, et bonne lecture!




des textes inspirants gratuits sur l'actualité et sur tous les domaines de votre vie.

Supportez le site de
PeupleConscient
abonnez-vous au eZine
et instruisez-vous
.



cliquez pour consulter
les Sommaires et
des extraits des numéros parus