- PEUPLE CONSCIENT HÉBERGE PLUSIEURS SITES INTERNET INTER-RELIÉS -

Ce sont les personnes conscientes, pacifiques, écologiques, qui ont le plus besoin d'argent...

Faites connaître ce site et soyez rémunéré$$$

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


VIVRE CONSCIEMMENT

Ce texte est extrait du eBook
LA MALADIE ? UNE JOKE !


10€
Pour commandez
écrire à :

publications@edenum.com


Les textes de PeupleConscient peuvent être utilisés librement avec ou sans référence. Mais, si vous n'affichez pas la référence, vous perdrez des occasions de vous enrichir... Inscrivez-vous à PeupleConscient,
recevez un code d'identification...
informez-en tous vos lecteurs, vos visiteurs...
et recevez des ristournes.
HISTOIRE DE LA MÉDECINE

Le Sel responsable de 100% des maladies

Je sais, vous avez sursauté en lisant ce sous-titre. Pourtant, c’est la vérité : le sel est directement le principal responsable de TOUTES les maladies. Il permet la commercialisation de 99% des aliments industriels ! Il permet également de vendre des produits qui normalement seraient périmés, corrompus, contaminés, répugnants.

L’excès de sel tue directement chaque année plus de 2 millions de personnes dans le monde. Mais en réalité, il est l’un des responsables principaux de TOUS les états maladifs, car il favorise l’indigestion et réduit considérablement l’absorption des nutriments.

Oui, l’on peut dire que partout dans le monde, la facture médicale du sel est très salée. C’est reconnu, même par l’OMS, que nous consommons beaucoup trop de sel et qu’il provoque directement un grand nombre de maladies. Rien ne sert de s’attarder sur ce fait que tout le monde connaît. En réalité, le sel est l’un des principaux responsables DE TOUS LES ÉTATS MALADIFS : consommation d’aliments impropres à l’espèce humaine, consommation d’aliments périmés, sur consommation d’aliments salés, destruction de la flore intestinale, modification des courants électriques de l’organisme, sous-produits caustiques du chlorure de sodium, etc.

Les commerçants-apothicaires-médecins savaient bien que le sel est un poison, un antivie... et pour réduire leur culpabilité, ils ont popularisé l’ajout culinaire de condiments « préventifs des états maladifs »... les plantes médicinales (les Simples) !!! Toutes les épices que nous utilisons quotidiennement dans nos bons petits plats cuisinés ont servi de remèdes durant plusieurs siècles.

Ce n’est pas non plus un hasard que l’on utilise un pilon pour traiter le gros sel, tout comme les apothicaires utilisaient le pilon pour préparer leurs médicaments. Ce sont tous des poisons.

Grâce au sel, l’on vendait des aliments infects, mais on disait aux gens de simplement consommer d’avance les remèdes ! C’est ainsi que s’est développée la gastronomie aromatique... Tout un art basé sur un état maladif à produire en douce ! ... qui est toujours pratiqué !

Il est établi que la consommation de niveaux élevés de chlorure de sodium fait grimper la tension artérielle, un risque majeur de maladies cardiovasculaires et d’accidents vasculaires cérébraux... et partout, dans tous les restaurants, dans toutes les cuisines du monde, la salière est présente ! Il faut que la programmation sociale ait été excellente... faut dire qu’elle remonte à plusieurs siècles ! Et lorsque la Religion fait la publicité d’un produit (sel, sucre, vin, spiritueux, etc.), c’est toujours un succès assuré.

Depuis les années ‘80, nombre d’études ont prouvé le rôle du sel dans les cas de haute pression artérielle. L’on a même établi que 25% des Américains souffraient d’hypertension et le nombre ne cesse d’augmenter rapidement. Et c’est ainsi que le sel fut nommé « le tueur silencieux » (the silent killer). Dans cette maladie, c’est surtout le sodium qui est en cause, minéral que les gens consomment plus de 20 fois du besoin quotidien. Le sodium retire les liquides des tissus du corps qui se retrouvent dans le sang, ce qui en augmente le volume du sang et force le coeur à battre plus fort... pression plus haute. Oups ! l’on utilise de fortes quantités de produits chimiques contenant du sodium pour le traitement de l’eau potable distribuée par les réseaux publics. Essayez donc de calculer cela.

Même l’American Heart Association a mis sur le marché sa salière « Shaking the salt habit » (secouez l’habitude au sel) : un mélange de poivre de cayenne, de basilic, de thym et autres herbes. L’AHA demande à l’Agence américaine des médicaments (FDA) de limiter la quantité de sel consommé à 1,5 gramme/jour. Mais personne n’est ni ne sera en mesure de déterminer cette quantité quotidiennement.

Selon une étude réalisée par la faculté des sciences de la nutrition de Tufts aux États-Unis, la surconsommation de sel serait à l’origine de 1,6 million de morts chaque année dans le monde. Mais, rassurez-vous, j’ai lu qu’un médecin a dit : « 1,6 million sur 7 milliards, ce n’est pas beaucoup » !!!

Pierre Meneton, chercheur à l’INSEM a été poursuivi par le syndicat de producteurs français de sel… entre autres parce qu’il affirme que le sel provoque directement une centaine de morts par jour en France. « Le lobby des producteurs de sel et du secteur agroalimentaire industriel est très puissant. Il désinforme les professionnels de la santé et les médias. De plus, les pouvoirs publics s’intéressent davantage au lobbying agroalimentaire qu’aux recommandations scientifiques. »

Le lobby du sel est très puissant et il est craint par les scientifiques. C’est ainsi que même s’il y a plusieurs études qui dénoncent notre consommation exagérée de sel, elles ne démontrent toutes seulement qu’un apport élevé en sel augmente les risques d’hypertension artérielle.

Bon, en premier les chercheurs dans le domaine médical se protègent toujours en ne parlant que de « risque » : ils ne trouvent jamais rien d’absolu. Ils ne peuvent JAMAIS accuser pleinement un produit alimentaire (et le sel se retrouve dans tous), car ils perdraient rapidement les financiers de leurs recherches.

L’industrie trouve toujours des chercheurs prêts à se « prostituer ». Du sel ou du chlorure de sodium, on connaît essentiellement l’effet néfaste du sodium sur la pression sanguine. Mais une nouvelle étude humaine (Université de Glasgow) rapporte que des taux sanguins bas en chlorures sont associés à une augmentation de la mortalité. Contrairement au sodium, des taux de chlorures bas sont considérés comme un facteur prédictif indépendant de la mortalité chez les sujets hypertendus. Cette étude ne signifie donc pas qu’il faille revoir l’objectif qui consiste à modérer la consommation de sel, surtout en cas d’hypertension.

Plus de 10 millions de Français souffrent d’hypertension causée par le sel, et la Médecine ne l’explique toujours pas : simplement parce d’autres chercheurs (devinez donc par qui ils sont payés) mettent un bémol sur les méfaits artériels et cérébraux du sel en arguant que l’action défavorable n’est pas identique chez tous les hypertendus (chez certains, le régime sans sel n’a aucune incidence, chez d’autres on constate une baisse, et dans certains cas, il l’augmente !). C’est toujours la même tactique : brouiller le cerveau des gens.

Avant qu’un régime sans sel puisse vraiment révéler son bienfait, il faut plusieurs mois de détoxication du chlorure de sodium et autres intoxicants qu’il a générés. Comme nous le verrons, le sucre est l’autre facteur-clef de l’hypertension.

Une nouvelle scientifique et médicale déconcertante (publié dans la revue britannique Nature) fait un lien entre les apports alimentaires en chlorure de sodium et certaines maladies auto-immunes. Une relation fut établie entre le chlorure de sodium et certaines cellules du système immunitaire.

Cette découverte pourrait ouvrir de nouvelles pistes thérapeutiques vis-à-vis notamment de la sclérose en plaques.

Des études précédentes avaient déjà montré que l’excès de chlorure de sodium pouvait affecter une population particulière du système immunitaire : les macrophages.

En pratique, on observe que l’excès de sel augmente d’abord, et de façon spectaculaire, la production de cellules immunitaires agressives.

On sait d’autre part que chez la souris, l’augmentation de la consommation de sel induit une forme grave de maladie auto-immune : l’encéphalomyélite.

Des corrélations sont bien établies aujourd’hui entre l’excès de sel et les affections cardiovasculaires, mais aussi avec certaines affections cancéreuses.

Il ne sert strictement à rien de faire de coûteuses et fastidieuses études pour déterminer toutes les maladies que le sel de table produit directement. Il faut tout simplement l’éliminer complètement de l’alimentation humaine. Un poison à petites doses ne produit pas de méfaits directs décelables, prouvables, mais, il tue tout de même au bout du compte, il affaiblit l’organisme qui doit s’en défendre jour et nuit.

Ah oui ! comme pour bien d’autres poisons, la science alimento-médicale rassure : « fort heureusement, ce minéral est excrété régulièrement à travers l’urine, donc il ne pose pas de risques qui menacent la survie ».

Inscrivez-vous à PeupleConscient,
faites connaître nos publications et profitez d'une occasion exceptionnelle d'être
prospère. (cliquez le lien pour lire l'introduction)

Merci, et bonne lecture!




des textes inspirants gratuits sur l'actualité et sur tous les domaines de votre vie.

Supportez le site de
PeupleConscient
abonnez-vous au eZine
et instruisez-vous
.



cliquez pour consulter
les Sommaires et
des extraits des numéros parus