- PEUPLE CONSCIENT HÉBERGE PLUSIEURS SITES INTERNET INTER-RELIÉS -

Ce sont les personnes conscientes, pacifiques, écologiques, qui ont le plus besoin d'argent...

Faites connaître ce site et soyez rémunéré$$$

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


VIVRE CONSCIEMMENT

Ce texte fut publié dans le eZine PeupleConnscient #004


Les textes de PeupleConscient peuvent être utilisés librement avec ou sans référence. Mais, si vous n'affichez pas la référence, vous perdrez des occasions de vous enrichir... Inscrivez-vous à PeupleConscient,
recevez un code d'identification...
informez-en tous vos lecteurs, vos visiteurs...
et recevez des ristournes.
ENVIRONNEMENT / CLIMAT

Dans le passé, les gens ont rituellement pensé que le climat changeait toujours pour le pire, rarement pour le mieux. La fin du monde est toujours à nos portes... et il y a eu des prophètes de malheur à toutes les époques.

On enregistre mondialement des données météorologiques que depuis la fin du 19e siècle, et encore là, seulement dans un petit nombre de villes et non globalement sur la planète. Dans les années ‘30, les scientifiques ont réalisé qu’il y avait une tendance au réchauffement. Mais, les données ne provenaient que de l’est de l’Amérique du Nord et de l’Europe de l’Ouest.

Puis, dans les années ‘60, les experts du climat parlaient maintenant d’un refroidissement, même d’une autre ère glaciaire future.

Depuis plus de deux décennies, l’on accuse le réchauffement global de tout : sécheresse, inondation, tempête, grêle, chaleur extrême, froid extrême, chute de neige tremblement de terre, tsunami, tornade... Mais, il y a eu beaucoup trop de cafouillages scientifiques et l’on a rectifié le tir en parlant tout simplement de « bouleversement climatique ». Mais, le résultat est le même : nous rendre coupables de polluer et dociles à débourser des sommes astronomiques pour tenter de renverser la destruction du climat à l’échelle planétaire.

Il est indéniable que les nouvelles abondent d’événements climatiques exceptionnels et extrêmes. Mais, n’en a-t-il pas toujours été ainsi ? Les Égyptiens au temps des pharaons souffraient également des bouleversements climatiques. Comment Hannibal, en 218 avant notre ère, a bien pu franchir les Alpes avec des éléphants et ses dizaines de milliers de soldats ? Et puis, voilà 50 ans, s’il y avait une tornade sur Bornéo, vous n’en étiez pas informé. De nos jours, l’information circule plus rapidement, ainsi que les gens. Ce qui se passe dans les régions les plus reculées est à présent accessible à tous. Oui, il y a des bouleversements climatiques, mais peut-être qu’il en a toujours été ainsi.

Plusieurs évidences nous portent à croire que les bouleversements climatiques modernes ne sont pas tous provoqués par la Nature. De nombreuses citations de scientifiques, de politiciens sont révélatrices de technologies qui pourraient affecter le climat... et notre conscience...

Nous nous faisons de plus en plus conditionner à accepter notre responsabilité climatique planétaire, et il y a un acquittement à régler...

Voici une publicité qui fut omniprésente sur l’un des serveurs de courriels gratuits des plus populaires ! C’est un fond d’écran d’ordinateur à télécharger... on ne peut pas avoir une meilleure programmation pour influencer la croyance des gens. Car, le réchauffement climatique est une campagne publicitaire dans un but très précis.

Un petit groupe d’individus rusés ne veulent pas vous dire tout de suite ce qu’ils ont à vous vendre (pour s’enrichir évidemment). Pour qu’ils réussissent, il faut en premier que vous soyez convaincus que le réchauffement climatique existe, que VOUS êtes responsables des bouleversements du climat. Attendez-vous donc à voir de plus en plus de catastrophes « naturelles » dans les médias. Évidemment, l’année 2016 a été décrétée l’année la plus chaude...

Depuis près d’une trentaine d’années, les médias et les gouvernements ont relayé l’hypothèse d’un réchauffement global du climat sur Terre qui serait principalement causé par l’action humaine. Tout ce complot scientifique est basé sur certaines études utilisant des mesures prises par les différentes stations météorologiques réparties sur moins de 25 % de la Terre, puis compilées par les logiciels de simulation météorologiques.

Certains n’ont pas hésité à conclure au réchauffement climatique et à prophétiser toutes sortes de catastrophes qui en découleront... si... Pourtant, les résultats obtenus sont à partir d’analyses informatisées totalement incertaines... puisque l’on n’arrive même pas à prévoir précisément la météo une semaine à l’avance... alors dans 50 ans !!!

À regarder un tel graphique, qui ne réagit pas ? On voit la date, on voit la courbe, on voit l’axe des X... mais, on ne remarque pas les unités de l’axe vertical...

Le cerveau pense tout de suite à l’accroissement direct de la température, il voit le thermomètre s’élever... Donc, ce graphique propagandiste indique simplement une hausse de 0,75 degré par rapport à la moyenne... sur 1000 années !!!

La ligne rouge pointillée indique l’époque où l’on a commencé à relever la température dans de rares stations météorologiques... et la ligne pointillée bleue est la date de l’invention du thermomètre !!!!

La température de votre corps varie d’un degré tous les jours et vous ne vous en rendez pas compte. Imaginez un peu cette variation à la grandeur de la planète ! Et l’on s’est bien tenu de gommer les autres anomalies survenues depuis l’an 1 000 ! On mesure d’ailleurs la température en degrés Celsius que depuis le début du 19e siècle !!! Ce tableau est donc faux. Une farce « scientifique » sur laquelle tout le château du réchauffement repose !

On a publié que 1997 et 1998 étaient les années les plus chaudes du millénaire, puis ça l’a encore empiré en 2016. Et pourquoi pas deux ou trois millénaires ? Car, avouons-le, ce serait une affirmation tout aussi gratuite.

Le climat est très variable comme chacun le sait, dans le temps et dans l’espace. Ceci est dû aux énormes courants d’air et aux cellules de convection qui parcourent notre planète à très grande vitesse.

La mesure des températures est problématique en particulier à cause de l’effet dit des « îlots de chaleur », c’est-à-dire l’effet de la proximité des habitats et des industries de tailles grandissantes et de l’asphalte des voies de communication qui poussent les thermomètres à la hausse.

Aujourd’hui, la mémoire des êtres humains est très sélective. On oublie facilement des faits, effacés par des plus catastrophiques. On omet de rappeler l’automne frais du mois d’août 2006 en Europe, et on s’empresse d’oublier l’hiver 2005-2006 qui a battu des records de froid ou de chutes de neige, ou bien encore l’hiver 2000, lorsque la Sibérie a enregistré ses plus basses températures, et que la Mongolie a fait appel à l’aide internationale.

La majorité des cueillettes de données est basée sur des relevés réalisés pour la plupart dans des centres urbains donc, avec des mesures surestimées du fait du phénomène d’îlot de chaleur urbain.

La moyenne calculée est peut-être de 0,7°C, mais cela ne veut strictement rien dire compte tenu d’une marge d’erreur de l’ordre de 0,5°C (sur les données de références anciennes et sur les données actuelles).

Les villes de plus en plus nombreuses et étendues provoquent une absorption anormale de la chaleur : smog, asphalte noir, toits de couleur foncée. Ces mêmes villes dégagent elles-mêmes beaucoup de chaleur : automobiles, usines, chauffage, lumières, cuisson... Et même l’eau de pluie n’est pas gérée naturellement : les nombreuses canalisations privent le sol d’humidité. Une ville crée donc une île de chaleur urbaine.

Selon les courants atmosphériques, cette chaleur urbaine peut influencer le climat sur des centaines de km.

Et on constate facilement dans les pays où il y a un hiver, qu’il y a beaucoup plus de neige à cent kilomètres autour des villes. Souvent remarque-t-on qu’il pleut au centre-ville alors qu’il neige sur la banlieue.

La chaleur « humaine » provoque donc des modifications climatiques locales. Et devinez, ben oui, certainement plus de la moitié des données météorologiques recueillies provient des villes, des aéroports notamment !

Dans le cadre d’un projet appelé « Comment ne pas mesurer les températures », le météorologue Anthony Watts a parcouru le monde pour examiner les stations où les données sont recueillies. Il dit que la station de Klamath Falls en Oregon est située au milieu d’hectares couverts d’asphalte, une zone où les températures sont plus élevées que partout ailleurs dans la région. La localisation des stations de mesure semble avoir été choisie en fonction du confort de l’observateur plutôt qu’en fonction de la pertinence des températures mesurées.

Ceci prouve que lorsqu’on vous dit aux nouvelles que ces cinq années furent les plus chaudes de la décennie ou du siècle, qu’il ne faut pas les croire. Ces résultats sont basés sur des données manipulées par des soi-disant scientifiques reconnus. Les ordinateurs de ces deux principaux centres ont été dramatiquement modifiés. Ils ont ignoré les prélèvements de centaines de stations météorologiques... 75% des données ont été ignorées ! Au lieu de programmer les données de 6000 points de cueillette d’information, on en utilise que 1000. Ceci parce que leurs données s’accordent au réchauffement et pas les autres. Les scientifiques ont sciemment ignoré les thermomètres les plus froids.

Par exemple, en Californie, ils programment les données de seulement quatre endroits : l’aéroport de San Francisco, et trois à Los Angeles... il n’y a aucune donnée prise dans les montagnes ou dans les forêts !

De plus, il n’y a plus de thermomètre enregistré dans les Territoires du Nord-Ouest canadiens, ni au Yukon !

En 2009, le nombre de stations où l’on fait les relevés de température a chuté de 600 à 35 !

Selon ma logique et la supposée urgence, il me semble que le nombre aurait dû augmenter.

Le nombre de stations à moins de 300 pieds d’altitude a triplé et celui des stations à plus de 3000 pieds fut réduit de moitié.

De plus en plus de compagnies paient déjà une « Taxe Carbone ».

Inscrivez-vous à PeupleConscient,
faites connaître nos publications et profitez d'une occasion exceptionnelle d'être
prospère. (cliquez le lien pour lire l'introduction)

Merci, et bonne lecture!




des textes inspirants gratuits sur l'actualité et sur tous les domaines de votre vie.

Supportez le site de
PeupleConscient
abonnez-vous au eZine
et instruisez-vous
.



cliquez pour consulter
les Sommaires et
des extraits des numéros parus