- PEUPLE CONSCIENT HÉBERGE PLUSIEURS SITES INTERNET INTER-RELIÉS -

Ce sont les personnes conscientes, pacifiques, écologiques, qui ont le plus besoin d'argent...

Faites connaître ce site et soyez rémunéré$$$

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


VIVRE CONSCIEMMENT

Ce texte fut publié dans le eZine PeupleConnscient #005


Les textes de PeupleConscient peuvent être utilisés librement avec ou sans référence. Mais, si vous n'affichez pas la référence, vous perdrez des occasions de vous enrichir... Inscrivez-vous à PeupleConscient,
recevez un code d'identification...
informez-en tous vos lecteurs, vos visiteurs...
et recevez des ristournes.
SANTÉ / MALADIES

Oui, je sais, c’est un titre choquant, mais c’est la déduction logique de ce que nous venons de voir à la page précédente. Vous avez été et vous êtes entourés de gens périodiquement malades. Les maladies nous semblent incontournables, pourtant...

La maladie n’est qu’une nomenclature d’un ensemble de symptômes. Mais, pour connaître la cause de notre malaise, il faut considérer les symptômes indépendamment. Car, un symptôme n’est qu’une réaction du corps à la présence de quelque chose qui dérange le fonctionnement d’un organe.

Les maladies ne sont que des noms que l’on associe efficacement à une activité médicale lucrative, un petit bonis au prix de la consultation.

1 Maladie => 1 Remède ou 1 Chirurgie

Tous les malaises dont souffre l’être humain sont causés par une surcharge, une toxémie, une intoxication. Et au sens figuré, intoxication signifie une action insidieuse sur les esprits, tendant à accréditer certaines opinions, à démoraliser, à affaiblir le sens critique. Ce que le médecin fait !!

Inventer un nom de maladie, c’est lui donner une identité propre, alors que la maladie ne l’est pas. La maladie n’est pas réelle, elle n’existait pas dans la Nature originelle. En les nommant, l’on cherche à donner une identité à des états maladifs passagers. En les baptisant, l’on peut nous exploiter financièrement.

UN SYMPTÔME = UNE MALADIE => UN MÉDICAMENT / UN TRAITEMENT MÉDICAL

La médecine et la religion utilisent le même principe : il faut payer pour éloigner le mal (causé par quelque chose d’invisible) et pour réparer nos fautes (et faire disparaître nos douleurs... physiques ou morales).

Les malaises nommés, réunis sous un nom, donnent l’impression de l’existence d’une chose concrète à combattre. La maladie devient un ennemi qu’il faut tuer… car, si on ne l’attaque pas, c’est elle qui va nous tuer.

Dès qu’il y a un malaise ressenti, c’est qu’il y a quelque chose à l’intérieur de l’organisme qui en perturbe le fonctionnement. Et c’est là que l’on peut dire qu’il y a un état maladif… ce qui est totalement général. Car, à la base, c’est la présence de substances étrangères au corps qui est la cause de toutes les « maladies »… donc, l’état maladif est unique. Sauf qu’il s’exprime différemment.

Les différents symptômes ne sont que des variantes du quelque chose d’étranger dérangeant. Selon sa composition, son importance (sa taille moléculaire), sa concentration, son ancienneté et surtout, l’emplacement où ces substances étrangères se sont principalement déposées, le corps réagit variablement. Car, l’Énergie vitale, cette Conscience de Vie, tente toujours de diriger les déchets vers les endroits les moins nocifs, en leur faisant emprunter les trajectoires les plus efficaces (moins de résistances, plus rapides), vers l’émonctoire le plus approprié et le plus près.

Pourquoi envoyer un poison chimique dans l’estomac pour guérir une douleur à la tête ? Réfléchissez bien, c’est absurde. Vous ne versez pas un scellant dans votre évier lorsque le toit de votre maison coule!

Par programmation, l’on croit que la maladie est négative. C’est faux. C’est une invention à but commercial tout simplement.

Ce que les gens ne réalisent pas, c’est que le mal n’existe pas ! C’est un concept dualiste humain. Seul l’Homme est assez intelligent pour s’inventer des peurs. Il donne de l’importance à un concept agréable en lui opposant un autre... maléfique. Dieu existe grâce à Santan ! La maladie est un état d’intoxication personnifié : nous l’avons développée en nous, nous l’avons nourrie de l’extérieur (alimentation) et de l’intérieur (pensées).

Nommer, étiqueter les symptômes du corps en lutte vers sa libération est une pure mascarade. C’est une mise en scène fallacieuse pour faire peur au monde en vue de leur vendre des remèdes de bonne femme. Mais les femmes bonnes se sont vu retirer leur rôle de soignante, et les sorcières (souvent des soignantes) sont mortes sur le bûcher. D’ailleurs, le mot soignante fut pris rapidement comme synonyme de prostituée ou concubine.

Le « Roi » veut toujours un coupable, peu importe le malaise, qu’il soit physique ou social. Pour qu’un coupable soit, il faut le nommer. Pour vendre un médicament, il faut une maladie, et pour cela, il ne suffit que lui associer une liste d’expressions naturelles de détoxication (symptômes).

Les médecins sont des clowns au service de la Pharmaceutique : ils nous divertissent pour cacher les causes.

Les médecins donnent le pouvoir aux maladies qu’ils soutiennent connaître (alors que la majorité sont classées « cause inconnue »)... et qu’ils pratiquent à les diagnostiquer et le guérir depuis plus de 3 000 ans ! À chaque génération, la médecine renie une partie d’elle trop ancienne, mais surtout, qui n’est plus suffisamment rentable... tout simplement remplacée par des découvertes plus « scientifiques ».

Les remèdes donnent le pouvoir aux médecins. Sans remède, on ne peut être qualifié de médecin, encore moins docteur... c’est tout de même étonnant ! Le nom de la maladie sert à justifier un traitement, à s’abandonner à l’autorité.

La maladie n’est pas un instrument destructeur de la santé, mais un effort naturel fourni par l’organisme pour s’épurer. Tout l’organisme en entier est sollicité pour favoriser les déplacements de substances étrangères vers les portes de sortie.

La maladie n’est jamais localisée, mais généralisée dans tout le corps. Hippocrate disait : “La personne tout entière a un rapport avec chacune de ses parties et chaque organe avec la personne tout entière.” C’est l’ensemble qu’il faut soigner. Les symptômes locaux sont importants à considérer parce qu’ils nous révèlent le genre, l’ampleur de l’intoxication du corps et les endroits les plus surchargés.

Les habitants de nos sociétés civilisées ont reçu une fausse éducation (programmation) qui a dénaturé leurs goûts et leurs passions.

La maladie n’est qu’un état de surcharge révélé. Il ne faut pas s’attarder à nommer la maladie, mais savoir comment assister l’organisme dans son épuration. Il est de plus en plus juste aujourd’hui d’affirmer : “Tout bien portant est un malade qui s’ignore.”

Molière (1622-1673) disait : “Presque tous les hommes meurent de leurs remèdes, et non pas de leurs maladies.”

Avec toutes ces inventions médicales modernes, il y aurait matière à produire un Malade imaginaire contemporain !

La propagande est imposante pour soutenir les oxymorons que nous connaissons, comme les « soins
à la santé ». Le système profitable actuel pratique en fait les « soins à la maladie ». Toutes les pratiques médicales ne font qu’empirer l’état d’intoxication en cherchant constamment à refouler les maladies.

Et c’est tout à fait logique comme attitude : le médecin, le chirurgien, le pharmacien ne font de l’argent que s’il y a des maladies. L’on peut dire maintenant que la maladie est une invention pour empirer l’état maladif dans un but strictement commercial. Le domaine médical a toujours été depuis ses débuts l’un des plus lucratifs dans presque toutes les civilisations (à l’exception peut-être des Romains).

La base de la médecine est, depuis les débuts de l’alchimie, l’élaboration de recettes d’ingrédients issus des trois règnes. Chacune des recettes est toujours associée à une ou plusieurs maladies. Ainsi, cela établit un système facile à enseigner (surtout depuis l’invention de l’imprimerie). Il s’agit d’avoir eu la patience de consacrer quelques années pour recevoir un bout de papier à encadrer, d’être dans les bonnes grâces des Dirigeants pour avoir la permission de publier n’importe quelle insanité médicale dont personne ne peut vérifier.

Il a suffi de regrouper une collection de symptômes pour leur associer un nom simple (mais compliqué pour le commun des mortels ignorants). Ces simples noms compliqués des maladies permettent de vendre la préparation compliquée de recettes fabriquées à partir de Simples ! Il est normal que le mot « recette » signifie également le montant total des sommes reçues, puisque depuis 2 000 ans, ce sont ceux qui vendent des préparations de recettes médicinales qui font le plus de profit... depuis l’établissement des épiciers-apothicaires avec leurs dragées, sirops, confitures, juleps... (tous sucrés !).

L’être humain moderne vivant éloigné de la Nature providentielle ne peut se maintenir en santé : mauvaises entrées & pollutions, travaux internes excessifs, manque de Force vitale et évacuations retardées. Dès lors, il devient un excellent et régulier client du business de la maladie.

Il est ironique de savoir que le gouvernement canadien a financé durant plusieurs années un régime d’Assurance-Maladie (les maladies étant assurées) ! Cela a pris plusieurs décennies de soins gratuits pour toute la population pour qu’ils réalisent l’absurdité (mais cachant la vérité). C’est à présent le régime d’Assurance-Santé, ce qui est presque plus absurde lorsqu’on connaît vraiment ce qu’est la Santé et comment l’on traite les malades, surtout en milieu hospitalier, à l’urgence notamment.

Lorsque vous lisez : “Un grand nombre de médecins le recommandent”, cela signifie simplement que la compagnie a acheté des médecins pour qu’ils recommandent leur produit. Voilà seulement 50 ans, les docteurs de la santé recommandaient certaines marques de cigarettes !!! ... en vente libre aux comptoirs-caisse de la majorité des pharmacies !!! Vous y comprenez quelque chose ? Je l’espère !

L’invention des maladies n’a pas seulement servi à vendre des drogues, mais des traitements médicaux. Plus le traitement requiert de l’équipement sophistiqué, plus il est dispendieux. En Médecine, tout n’est qu’une question de rentabiliser des investissements, en particulier dans le domaine pharmaceutique.

Grâce à la technologie, de multiples instruments médicaux se succèdent d’un siècle à l’autre. Il y a en des milliers dans les musées qui sont vraiment effroyables, dignes des pires bourreaux. Les instruments médicaux servent à mieux détruire le corps humain, de façon plus précise... sadisme !

( article : RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE )
( eBook : CODEX MORBUS )
Inscrivez-vous à PeupleConscient,
faites connaître nos publications et profitez d'une occasion exceptionnelle d'être
prospère. (cliquez le lien pour lire l'introduction)

Merci, et bonne lecture!




des textes inspirants gratuits sur l'actualité et sur tous les domaines de votre vie.

Supportez le site de
PeupleConscient
abonnez-vous au eZine
et instruisez-vous
.



cliquez pour consulter
les Sommaires et
des extraits des numéros parus