- PEUPLE CONSCIENT HÉBERGE PLUSIEURS SITES INTERNET INTER-RELIÉS -

Ce sont les personnes conscientes, pacifiques, écologiques, qui ont le plus besoin d'argent...

Faites connaître ce site et soyez rémunéré$$$

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


VIVRE CONSCIEMMENT

Ce texte fut publié dans le eZine PeupleConnscient #005


Les textes de PeupleConscient peuvent être utilisés librement avec ou sans référence. Mais, si vous n'affichez pas la référence, vous perdrez des occasions de vous enrichir... Inscrivez-vous à PeupleConscient,
recevez un code d'identification...
informez-en tous vos lecteurs, vos visiteurs...
et recevez des ristournes.
SANTÉ / RHUME

Tous les états maladifs doivent être traités sur trois niveaux : Physique, Énergétique et Métaphysique. Ce sont toujours des pensées erronées, négatives qui produisent des ralentissements ou des déviations d’Énergie, et c’est là que la matière inorganique (désassimilée) et les toxines s’accumulent. L’intoxication de l’organisme se réalise toujours en premier dans les tissus et dont la source est toujours une mauvaise digestion qui vicie le sang et la lymphe (qui distribuent des déchets dans le liquide interstitiel dans lequel toutes les cellules baignent). L’intoxication se fait donc entre les cellules, dans les tissus, et certaines substances toxiques affectent ou même détruisent les cellules. Les tissus, qui doivent tous être traversés dans les deux directions (le déplacement dans un sens des nutriments, et dans l’autre des déchets), sont moins fonctionnels (ils ne peuvent réagir et doivent simplement subir les frictions). Et c’est ainsi que les tissus encrassés provoquent la dégénérescence progressive de l’organe qu’ils composent.

Dans le rhume des foins, il y a des picotements et démangeaisons du nez, de la gorge et des oreilles, les yeux sont larmoyants (conjonctivite), le nez coule (congestion nasale), l’on éternue à répétition et plusieurs souffrent de maux de tête. Il y a bien évidemment des substances à l’intérieur qui agressent. Mais, l’irritation se fait depuis longtemps, mais n’était pas perceptible.

Bien entendu, le corps réagit continuellement à des agressions de substances étrangères présentes en trop forte concentration dans les muqueuses et cela dégénère en irritabilité lorsque l’intoxication a atteint un certain niveau et qu’elle dure depuis un certain temps. L’on ressent de la fatigue, l’on a des problèmes de concentration et des troubles du sommeil tout simplement parce que l’Énergie vitale est occupée en priorité à déplacer les toxines vers l’une des quatre portes de sortie.

La rhinite allergique n’est pas une réaction allergique causée par l’exposition aux pollens, pour que cet état maladif soit atteint, il faut en premier que les muqueuses soient encrassées, irritées depuis un certain temps. Les pollens ne font qu’agresser des muqueuses déjà enflammées par l’intoxication cumulative depuis l’enfance. Ce sont principalement les céréales et les produits laitiers qui sont responsables de ces réactions allergènes. Les dépôts des résidus de leur digestion incomplète passée sont attaqués par des bactéries stimulées par la chaleur estivale. Cela ne fait que respecter le Principe naturel de Recyclage.

J’ai souffert durant 14 ans du rhume des foins (surtout à l’adolescence), et dès que j’ai retiré les produits laitiers et les céréales de mon alimentation, les symptômes allergiques ont totalement disparu. J’ai pu manger à nouveau des tomates, des prunes et tous les autres aliments qui déclenchaient des allergies.

Si vous souffrez annuellement du rhume des foins, il faut réaliser que la multitude de médicaments qui sont offerts en vente libre pour soulager les réactions allergiques ne règlent pas le vrai problème. TOUTES LES RÉACTIONS ALLERGÈNES sont simplement des tentatives du corps à éliminer des substances étrangères qui encrassent certains tissus (muqueuses). Vous éliminez cet état maladif en favorisant l’évacuation… qui ne peut se faire que par les quatre organes émonctoires. Les antihistaminiques, comme tous les médicaments chimiques, empêchent l’organisme d’évacuer ce qui perturbe les cellules.

Oui c’est vrai que la maladie est une punition, mais c’est nous-mêmes qui nous punissons. Vous savez que vous mangez mal, vous le répétez tous les jours, pourtant vous persistez à le faire !!!

Nous en rencontrons quelques-uns qui se croient privilégiés, dans le sens d’avoir reçu en quelque sorte « une autre chance » (s’étant fait prendre à la croyance médicale que la disparition ou l’engourdissement des symptômes signifiait être guéri).

Toutes les techniques de Purification servent à faire disparaître ou à diminuer les symptômes, mais en éliminant le mal, pas en le refoulant plus profondément. Pour vraiment se défaire de la fièvre des foins et de tout autre malaise, il faut intégrer, se reprogrammer, changer nos pensées fausses qui généraient des ralentissements d’Énergie dans telle partie de notre corps.

Vous avez de fausses croyances et il faut changer sa perception de la Vie, de la Réalité. Rien ne sert de chercher à faire disparaître les symptômes. Vous avez bien compris que les symptômes ne sont que des appels du corps pour que vous l’aidiez à se nettoyer. Étouffez les symptômes et le dépôt s’accroît toujours. Ces appels du corps sont à la fois au niveau physique, mental ou métaphysique. Tous les niveaux sont intimement reliés ensemble. Le physique révèle les pensées.

Allergique à qui ?

En premier lieu, les allergies reflètent une allergie ou une non-acceptation d’une chose extérieure : nous sommes allergiques à quelqu’un, à soi-même (sa personnalité, ses peurs, ses mensonges, ses faux jeux), ou à l’état général de notre réalité.

On peut être allergique à quelqu’un dans le sens qu’une personne nous « irrite », nous blesse, nous étouffe, nous brime. Cela peut être tout simplement que nous ayons l’impression que l’autre ne remarque pas notre valeur personnelle.

En fait, sa présence provoque chez nous un certain étouffement d’une ou de plusieurs aspects de notre personnalité.

On remarque fréquemment chez les personnes souffrant d’allergies qu’elles sont sous-exploitées : que leur vécu ou leur travail utilise peu de leur potentiel réel. Plusieurs de ces gens voient leur valeur personnelle non-appréciée à sa juste valeur par leur entourage (enfants, conjoint, patron, associé,...). Il s’ensuit évidemment une irritation face au vécu, face à la vie.

Cette déception de soi-même peut être véhiculée pendant des années. Elle est même amplifiée lorsque l’on tend à accuser l’extérieur de sa condition intérieure. Si ce n’est pas la faute du gouvernement, de la météo, du conjoint, des enfants, du voisin, c’est alors la faute du chien ou la faute de l’auto... Et un des drames de cette civilisation, c’est de toujours chercher à l’extérieur les réponses et les raisons. Quand ça va mal, c’est la faute de quelqu’un ou de quelque chose : à un virus, à un courant d’air ou à une pauvre petite herbe à poux innocente...

Renier ou ignorer ses rêves

Atchoum ! Il faut que ça sorte, on ne peut le retenir. Lorsqu’une personne éternue, l’on dit bien : « À tes souhaits ! ». L’Éducation nous a habitués à refouler ses rêves, car il faut suivre la file.

Les craintes reliées à la fièvre des fois sont nombreuses :

  • d’être puni,
  • d’être découvert, que quelqu’un découvre ou déchiffre nos fantasmes
  • d’être surpris (dans nos faux jeux, dans nos mensonges),
  • de ne pas être aimé, d’être rejeté,
  • de décevoir, de ne pas être accepté,
  • de paraître faible, ou d’être ridiculisé,
  • d’être refusé, de recevoir «non» en réponse,
  • de demander, et la crainte de recevoir (être en dettes, ou dépendant),
  • de paraître égoïste,
  • crainte de perdre,
  • de manquer d’amour, d’être abandonné,
  • crainte D’OSER.

Et toutes ces craintes freinent l’entité; elles ralentissent le mouvement, l’expression, la respiration et la circulation.

Le passé joue un rôle important. Mais ce n’est pas le passé en lui-même –les souvenirs, les paroles, les événements – mais l’interprétation que nous en avons faite. C’est de ces interprétations qu’émerge la notion d’erreur. Ces «erreurs» sont comme un frein à main, comme un sac à dos ou une «croix» qu’on porte et qui ralentissent. Mais les erreurs n’existent pas. Ce ne sont que de fausses interprétations ou des compréhensions partielles ou inexistantes.

L’erreur est une leçon non comprise. Toute chose est attirée dans notre réalité pour que nous apprenions quelque chose sur nous-mêmes.

( article : RHUME PRINTANIER )
( eBook : COMMENT SE GÉNÈRE LA MALADIE )
( eBook : CODEX MORBUS )
Inscrivez-vous à PeupleConscient,
faites connaître nos publications et profitez d'une occasion exceptionnelle d'être
prospère. (cliquez le lien pour lire l'introduction)

Merci, et bonne lecture!




des textes inspirants gratuits sur l'actualité et sur tous les domaines de votre vie.

Supportez le site de
PeupleConscient
abonnez-vous au eZine
et instruisez-vous
.



cliquez pour consulter
les Sommaires et
des extraits des numéros parus