- PEUPLE CONSCIENT HÉBERGE PLUSIEURS SITES INTERNET INTER-RELIÉS -

Ce sont les personnes conscientes, pacifiques, écologiques, qui ont le plus besoin d'argent...

Faites connaître ce site et soyez rémunéré$$$

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


VIVRE CONSCIEMMENT

Ce texte fut publié dans le eZine PeupleConnscient #004


Les textes de PeupleConscient peuvent être utilisés librement avec ou sans référence. Mais, si vous n'affichez pas la référence, vous perdrez des occasions de vous enrichir... Inscrivez-vous à PeupleConscient,
recevez un code d'identification...
informez-en tous vos lecteurs, vos visiteurs...
et recevez des ristournes.
ÉTAT MALADIF / RHUME

Le rhume de printemps, peu de personnes y échappent. Le nez qui coule, une grande fatigue, des maux de tête, la gorge irritée… ces symptômes peuvent être récurrents lors des changements de saison. La faute aux températures ?

Le rhume du printemps (et d’automne) est dû aux changements brusques de température (et à la stimulation Énergétique du Soleil comme nous venons de le voir dans l’article précédent). En cette saison de transition, d’une journée à l’autre, les températures peuvent baisser ou monter d’une vingtaine de degrés. Après 3 000 ans de savantes médecines, l’on n’explique tout simplement pas la fatalité simpliste : « attraper un coup de froid ». Il est tout aussi ridicule d’accuser un courant d’air pour nous avoir fait attraper un rhume ou une grippe ou un mal de gorge !

Un rhume ne s’attrape pas, il se développe lentement, en particulier durant la saison où l’on a moins d’activités physiques en plein air, que notre corps est moins en contact direct avec les Éléments, durant laquelle il y a moins d’Énergie vitale…

Bref, durant l’hiver l’on a généralement l’habitude de s’intoxiquer… en particulier lors des semaines d’orgies festives. Et comme je l’ai expliqué dans un précédent article (eZine #3), nous souffrons nécessairement des excès alimentaires du Temps des Fêtes.

Un rhume est simplement un certain état maladif dont l’organisme, Énergétiquement stimulé, réagit pour libérer les déchets accumulés (dans un passé assez rapproché). Les rhumes sont des « maladies aiguës », car les déchets à évacuer n’ont pas encore pénétré profondément les organes. L’intoxication lors d’un rhume se situe surtout au niveau du milieu interstitiel (causée par la lymphe et le sang viciés).

Faire de l’exercice physique à l’intérieur l’hiver n’est pas comparable à en faire l’été par une belle journée ensoleillée. Même réalisés à l’extérieur l’hiver par temps froid, les exercices physiques ne sont pas nécessairement bénéfiques, en particulier sur l’action du froid dans les sensibles poumons.

L’aspect peut être le plus négatif de l’hiver est que l’on transpire énormément moins et la peau est moins stimulée (caressée par le vent et stimulée par les rayons solaires). C’est aussi reconnu, l’on urine moins en hiver. Et puisque l’on mange généralement plus, et des aliments plus indigestes...

Durant plusieurs mois, l’on consomme des aliments plus caloriques et l’on élimine moins... le résultat ne peut que produire un état maladif (déséquilibre entre l’assimilation et l’évacuation).

Pour s’en soulager, vous devriez connaître la procédure : assister les quatre émonctoires et pratiquer des techniques de purification (décrites dans le Codex Purgare). Le plus important est de transpirer et respirez profondément.

En cas de rhume de printemps, la médecine prescrit évidemment du repos, boire beaucoup de liquide et des médicaments (pour soulager les symptômes désagréables)… parce qu’il pourrait se transformer en une autre maladie !

Le plus drôle est que votre médecin vous dira certainement que l’apparition des symptômes de la grippe et du rhume au printemps ou à l’automne n’est pas directement liée aux changements de températures, mais à des groupes de virus bien particulier qui profitent d’une baisse de régime des défenses immunitaires.


La Grippe hivernale

Les explications médicales sont toujours fausses, car au départ, la Médecine se base sur une fausse définition de la maladie.

Il y a une raison « scientifique » pour laquelle nous sommes nombreux à attraper une grippe en hiver. Selon des experts en rhinologie de l’Université de Pennsylvanie, les cils (petites extensions poilues) de nos voies nasales et sinus sont assez sensibles aux changements de température. Ces cils dans nos voies respiratoires servent à nous protéger contre les germes et microbes, en les empêchant de rentrer dans notre corps. Mais, si un germe frappe ces cils, c’est bien qu’il a déjà pénétré dans notre corps ! Et c’est loin d’être certain qu’il reparte par où il est entré... c’est plutôt le contraire.

Toujours selon les experts, lorsqu’il fait chaud à l’extérieur, les cils répondent (et battent) rapidement. Mais lorsqu’il fait froid, les cils sont bien plus léthargiques. De manière compréhensible, lorsqu’un refroidissement suit un épisode de chaleur, les maladies frappent, sauf si vous couvrez votre bouche et votre nez avec une écharpe à l’extérieur, ou respirez des bains de vapeur.

Malheureusement, ils n’ont pas réfléchi que les mêmes germes provoquent des grippes en plein été !!!

En Avril, ne te découvre pas d'un fil.

Inscrivez-vous à PeupleConscient,
faites connaître nos publications et profitez d'une occasion exceptionnelle d'être
prospère. (cliquez le lien pour lire l'introduction)

Merci, et bonne lecture!




des textes inspirants gratuits sur l'actualité et sur tous les domaines de votre vie.

Supportez le site de
PeupleConscient
abonnez-vous au eZine
et instruisez-vous
.



cliquez pour consulter
les Sommaires et
des extraits des numéros parus