- PEUPLE CONSCIENT HÉBERGE PLUSIEURS SITES INTERNET INTER-RELIÉS -

Ce sont les personnes conscientes, pacifiques, écologiques, qui ont le plus besoin d'argent...

Faites connaître ce site et soyez rémunéré$$$

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


VIVRE CONSCIEMMENT

Ce texte fut publié dans le eZine PeupleConnscient #005


Les textes de PeupleConscient peuvent être utilisés librement avec ou sans référence. Mais, si vous n'affichez pas la référence, vous perdrez des occasions de vous enrichir... Inscrivez-vous à PeupleConscient,
recevez un code d'identification...
informez-en tous vos lecteurs, vos visiteurs...
et recevez des ristournes.
HYGIÈNE / SANTÉ

Depuis l’avènement de la physique quantique, l’on a réalisé que tous les résultats d’expériences scientifiques dépendaient de l’observateur. En d’autre mots, les croyances (pensées) de l’observateur influencent le résultat.

Et le pire est le nombre d’études scientifiques que l’on réalise partout dans le monde… autour de 7 000 par jour ! Alors, l’on n’en trouve pour tous les goûts !

C’est encore plus évident concernant les études sur la nutrition… dont les gens avalent sans même réfléchir… au point d’en faire une indigestion. Il n’y a jamais eu autant d’émissions télé sur la cuisine et nombre d’artistes publient leur livre de recettes. C’est la notoriété qui compte, pas la logique du raisonnement ni la preuve « scientifique » (qui d’ailleurs ne peut JAMAIS être établie à 100%). Il est impossible de se fier sur une seule étude… mais, c’est ce que les médias et les diététiciennes font... à condition que ça les arrange.

Mais, le consommateur désire en premier simplifier les choses… donc, le moins réfléchir possible, et consacrer moins de temps à la préparation des repas (et en premier au choix des aliments). Le public aime que l’on simplifie le choix entre les bons aliments et les mauvais aliments. Mais, n’importe quelle opinion sur un aliment n’est qu’un certain point de vue très limité, fait à partir de références (ou comparaisons) très limitées aussi.

Ces études, qui visent directement à influencer les gens ordinaires (consommateurs), sont strictement SANS VALEUR. L’étude de n’importe quel aliment peut produire mille et une conclusions. TOUS les aliments sont bons pour la santé pour certains, alors que d’autres y ont trouvé une composante nocive. C’est le cas de ce cher brocoli.

Ce légume souvent détesté des enfants (à qui l’on tente de forcer à manger parce que c’est bon pour la santé) POURRAIT AVOIR des effets néfastes sur la glande thyroïde… au point d’en causer le cancer ! Du brocoli qui cause le cancer ! Faut vraiment être totalement ignorant de ce qu’est l’état maladif qualifié de cancer. Cela fait d’ailleurs plusieurs décennies que les chercheurs affirment que le brocoli (pourrait) protège contre le cancer du foie.

Les principaux aliments au centre de controverse sont le lait, les oeufs, l’avocat, l’amande, le sel, le sucre, la viande, les boissons gazeuses. C’est tout simplement parce qu’aucun chercheur ne part de la base de qu’est l’alimentation… et que tous font des recherches en utilisant des cobayes humains intoxiqués (consommant généralement un fort pourcentage de malbouffe ou d’aliments transformés).

Les gens ne veulent pas révéler ce qu’ils ont mangé. Si j’affirme à quelqu’un que la viande est vraiment nocive pour la santé, la réplique est TOUJOURS la même : « Oh ! moi, je n’en mange que très rarement. » Défense classique d’un mental coupable. Les participants ne révèlent pas leurs « tricheries alimentaires », ce qui crée de la distorsion dans les mesures, et les liens que le chercheur veut faire sont faussés.

Les gens changent de diète avec le temps, parce qu’ils acquièrent des habiletés en cuisine, ou pour des raisons médicales, mais principalement à cause des publicités de nouveaux produits alléchants (ou en spécial).

Il est strictement impossible d’étudier les effets d’un aliment, tant il se compose d’éléments multiples et tant l’état de santé (ou d’intoxication) des cobayes diffère. Et il y aura toujours de très nombreux autres facteurs qui peuvent entrer en ligne de compte.

Il y a toutes sortes de variables qu’on peut étudier : l’éducation, l’habitat, le stress, les médicaments, etc. Mais, pour vraiment étudier le brocoli par exemple, il faudrait embaucher des individus qui consomment que cela durant au moins un mois !

TOUTES les recherches sont financées par des industries spécifiques, comme l’industrie laitière. Ce ne sont pas des particuliers qui peuvent se permettre de dépenser quelques centaines de milliers de dollars pour faire une seule étude.

Les chercheurs sont obligés d’interpréter les données de façon s’assurer de futures études du même client (satisfait). On peut interpréter n’importe quelles données d’un millier de façons comme je l’ai dit précédemment.

L’industrie trouve toujours à extraire des résultats d’études des brides qui favorisent leur commerce… et à biffer ce qui leur est préjudiciable (ces résultats d’analyses sont toujours secrets).

( eBook : LA MALADIE ? UNE JOKE ! )
( eBook : CODEX MORBUS )
Inscrivez-vous à PeupleConscient,
faites connaître nos publications et profitez d'une occasion exceptionnelle d'être
prospère. (cliquez le lien pour lire l'introduction)

Merci, et bonne lecture!




des textes inspirants gratuits sur l'actualité et sur tous les domaines de votre vie.

Supportez le site de
PeupleConscient
abonnez-vous au eZine
et instruisez-vous
.



cliquez pour consulter
les Sommaires et
des extraits des numéros parus