- PEUPLE CONSCIENT HÉBERGE PLUSIEURS SITES INTERNET INTER-RELIÉS -

Ce sont les personnes conscientes, pacifiques, écologiques, qui ont le plus besoin d'argent...

Faites connaître ce site et soyez rémunéré$$$

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


VIVRE CONSCIEMMENT

Ce texte fut publié dans le eZine PeupleConnscient #005


Les textes de PeupleConscient peuvent être utilisés librement avec ou sans référence. Mais, si vous n'affichez pas la référence, vous perdrez des occasions de vous enrichir... Inscrivez-vous à PeupleConscient,
recevez un code d'identification...
informez-en tous vos lecteurs, vos visiteurs...
et recevez des ristournes.
ENVIRONNEMENT / CLIMAT

Le cancer du sein est l’un des plus lucratifs... Mais, certainement le plus vicieux. Il conduit à la chirurgie la plus atroce après celle de l’ablation des ovaires et de l’utérus.

De tous les cancers, le cancer du sein a quelque chose d’inconfortable à traiter. Normalement, c’est le premier contact relationnel que nous avons tous à l’arrivée dans ce nouveau monde, en plus, ils sont les responsables du début du développement de notre système digestif.

La Médecine ne trouve pas vraiment les causes du cancer du sein et se contente d’encaisser des fortunes avec les mammographies, les radiations et les chirurgies... Pourquoi chercherait-elle à prévenir une maladie lucrative ? Faudrait être débiles pour abandonner une telle pratique ! De plus en plus, l’on dit que les mammographies provoqueraient le cancer... regardez bien les protections requises par le personnel qui les performe !!!

Toutes les chirurgies sont la conséquence de l’ignorance médicale et sont la dernière ressource après avoir épuisé toutes les substances médicamenteuses. Une chirurgie c’est le retrait de la preuve de l’impuissance de la médecine à éliminer la cause de l’état maladif. Le médecin accuse les mauvaises cellules du sein alors qu’elles ne sont devenues mauvaises que par la présence de substances étrangères autour d’elles.

Il est interdit à la Médecine d’accuser directement des produits chimiques de provoquer les cancers. C’est bien plus lucratif que de demander des généreux dons pour faire de la recherche... pour trouver un autre gène défectueux, le PALB2.


Il faut le dire, le soutien-gorge n’a pas été inventé par une femme qui en avait marre de voir ses seins pendre, pas plus que les talons hauts. Pourtant, cet accessoire vestimentaire est devenu un pilier de la mode et il est bien soutenu par le conditionnement social via les médias (films, vidéoclips…) et les publicités (la bitch de Victoria…).

C’est l’invention d’un mâle adulte toujours demeuré un enfant qui aime déballer ses cadeaux. Un soutien-gorge, c’est comme l’emballage d’un cadeau de Noël... les mecs sont des grands enfants... qui ont presque tous été privés du sein maternel...

Cela fait presque 80 ans que l’on étudie et identifie positivement la relation entre les soutiens-gorge et l’augmentation du nombre de femmes ayant un cancer du sein. La première étude visant à faire le lien entre le cancer du sein et le port du soutien-gorge remonte aux années 1930.

Bien entendu, le soutien-gorge n’est pas naturel. Et peu importe ce que l’on vous a dit mesdames, il ne sert pas du tout à conserver une belle poitrine ferme. C’est tout le contraire, le soutien-gorge augmente la chute des seins.

Oui, le sein renferme une grande concentration de glandes mammaires, mais le tout est quand même soutenu par des muscles (pectoraux, ligaments de Cooper et muscles peauciers). Ne travaillant plus, les muscles s’atrophient et la poitrine perd sa fermeté et s’affaisse encore plus. Si vous demeurez assis six mois dans un fauteuil roulant, les muscles de vos jambes vont s’atrophier par manque d’exercices. C’est normal, c’est logique. La fermeté d’un muscle dépend de son activité de compression et d’extension. Le soutien-gorge empêche totalement l’activité musculaire… ce qui favorise bien entendu l’intoxication. Le sang traverse ces longues fibres musculaires et si elles n’ont aucune activité, les toxines y demeurent prisonnières et s’accumulent… pire, les vaisseaux sanguins sont comprimés. L’épiderme également est affecté par la réduction de la circulation sanguine, ainsi que celle de l’activité sudorifère.

Le sein libre reçoit un massage naturel pendant la marche. En plus d’exercer les muscles, cela produit un mouvement qui fait circuler la lymphe… qui se charge de l’évacuation des déchets métaboliques et toxines. Le corps humain renferme une forte concentration de ganglions lymphatiques au niveau de la poitrine. Une étude récente a démontré que le port du soutien-gorge (leurs élastiques, leurs armatures ou leurs bonnets qui remontent les seins) entrave la circulation de la lymphe en compressant les vaisseaux lymphatiques (et aussi les capillaires sanguins)… les toxines s’accumulent et kystes, fibrokystes et tumeurs cancéreuses apparaissent. Un kyste est une réaction physiologique pour neutraliser une accumulation de matière toxique qui ne peut être évacuée par les émonctoires.

Englobées les substances étrangères blessent moins les cellules et tissus environnants. La tumeur survient lorsqu’il y a un dépôt suffisant de substances étrangères pour déclencher une fermentation locale… il y a inflammation… plus le dépôt est important, plus il y a destruction cellulaire.

Bien entendu, plus l’alimentation est industrielle, plus la lymphe est saturée de déchets, ce sont eux qui causent le dérèglement des cellules, des ganglions.

Il n’y pas seulement cela. Les soutiens-gorge augmentent la température des seins et produisent un réchauffement permanent (visible par thermographie). Les spécialistes savent qu’un sein précancéreux ou cancéreux est plus « chaud » qu’un sein non cancéreux, mais ils n’ont pas le droit d’en accuser les soutiens-gorge.


Tous les aliments possèdent une vibration qu’ils soient organiques ou inorganiques. Sauf que les molécules des aliments organiques sont plus « excitées », elles peuvent plus facilement se déplacer vers des lieux compatibles à leur vibration.

Lait = glande mammaire
Les femmes qui boivent beaucoup de lait de vache, qui consomment beaucoup de produits laitiers (fromages & yaourt en particulier), ont un bien plus grand risque de développer un cancer du sein. Ces macromolécules, indigestes pour l’organisme humain, difficilement scindables en acides aminés simples, se déposent dans diverses parties du corps. Mais, par association vibratoire... elles ont une préférence pour les seins ! même s’ils sont d’une espèce différente. Une glande mammaire de mammifères est une glande mammaire.

Cette probabilité de cancer du sein chez les fortes consommatrices de produits laitiers est hautement accentuée chez les mères qui n’ont pas allaité leurs enfants : la culpabilité refoulée inconsciemment provoque un ralentissement du champ Énergétique au niveau des seins. Qui dit ralentissement d’Énergie, dit dépôts de matières.

Les macromolécules bloquent les tissus, ralentissent les circulations... fermentent et se putréfient. Puisque le lait de vache provient de glandes mammaires, il est normal que si ces molécules ne peuvent pas être assimilées par les humains, qu’une partie aille se déposer dans les glandes mammaires des humains.

La transition à l’adolescence entre le début de la puberté et l’accomplissement de l’âge adulte est provoquée tant chez la fille que chez le garçon par une production massive d’hormones. Là aussi, les substances de la chimie (bouffe & médicaments) perturbent grandement toutes les glandes. Mais, ce qui perturbe le plus sont les hormones de croissance largement utilisées dans les élevages d’animaux et dont TOUTES les viandes contiennent (ainsi que les produits laitiers + des antibiotiques). Dans la production laitière, l’on cherche à avoir moins d’animaux, mais avec de plus gros pis. Plus le pis est volumineux, plus de valeur a la vache.

Ces hormones se retrouvant dans le lait de consommation humaine, provoque le même gonflement chez les jeunes filles qui le consomment. On voit de nos jours des fillettes de 8, 10 ou 12 ans avec des seins « énormes » pour leur âge... et elles seront étonnées vers 35 - 45 ans d’avoir un diagnostic de cancer du sein !!!


Les antisudorifiques participent à l’intoxication des tissus et à la destruction des cellules, en particulier par la présence de sels d’aluminium, hautement toxiques.

Des chercheurs de l’Université de Genève ont prouvé que les sels d’aluminium des antisudorifiques avaient des effets néfastes sur les cellules mammaires in vitro. Bien entendu, il fallait s’y attendre : nous n’avons pas de preuves que ces sels provoquent des cancers du sein... il y a seulement des effets néfastes !

Et le plus étonnant, c’est que leur recherche a utilisé des doses de sels d’aluminium 1500 à 100 000 fois inférieures à celles présentes dans les déodorants ! Ce sont des chercheurs ne l’oubliez pas... et même s’ils ont constaté après plusieurs semaines un comportement anormal des cellules... qui correspond aux premières phases de transformation maligne... Non, nous n’avons toujours pas de preuves que ces sels provoquent des cancers du sein. Non, mais imaginez un peu le scandale mondial si un laborantin prouve que les sels d’aluminium sont hautement toxiques... encore des centaines de millions de poursuites judiciaires !

Imaginez donc : il a fallu plusieurs décennies pour réaliser que la majorité des cancers du sein se développent dans la partie externe de la glande mammaire... près des aisselles !

Les chercheurs, pour s’assurer d’avoir d’autres subventions pour des recherches, doivent savoir tourner leurs phrases, car ils marchent sur des oeufs... et ils sont pourris. Alors voici la conclusion du cher « Stef » : Bien que cette étude ne permette pas d’affirmer que les sels d’aluminium, présents dans les déodorants classiques, provoquent le développement du cancer du sein, elle constitue une preuve scientifique de la nocivité de ces sels sur les cellules mammaires. Vous avez remarqué avec quoi il commence sa conclusion (en rouge). ;-))

Pour continuer de nous intoxiquer, les recherches se contredisent et les sels d’aluminium continuent d’être commercialisés. Tactique classique.


Le fonctionnement des seins est directement lié à la production d’hormones. Les pilules contraceptives perturbent totalement le système hormonal. Déjà à la puberté, l’on commercialise des pilules comme des bonbons !

En plus, la Médecine sadique prescrit des hormones aux adolescentes pour régulariser les règles et réduire l’acné (parce qu'elles mangent et doivent continuer de manger des croustilles, du fromage et boire des boissons gazeuses). Et elle remet cela avec d’autres hormones de synthèse pour tempérer la ménopause. Un jour, l’on acceptera de prouver le lien entre La Pilule et le cancer.


Une étude récente a démontré qu’un régime riche en aliments et en boissons sucrés provoque à une plus grande densité mammaire. Bien entendu, le sucre raffiné est composé de molécules lourdes. Mais, c’est surtout l’aliment préféré des bactéries qui se multiplient plus intensément et plus rapidement. Mais comme toujours : « Il nous faudra poursuivre les recherches pour mieux comprendre les conséquences d’un régime alimentaire riche en sucre sur la santé. » Ça fait seulement 400 ans que le sucre fait des ravages sur la santé... Ah oui ! on PRATIQUE toujours la Médecine !

À cause des Lois qui interdisent la nudité, il faut également considérer comme autre vecteur le manque d’exposition au soleil des seins qui réduit le taux de mélanine, considérée comme une molécule anticancéreuse.


§ oupsi !

Petite bombe médiatique en août 2014 : De 3 000 à 4 000 femmes au Québec pourraient avoir eu un cancer du sein après des traitements hormonaux destinés à diminuer les symptômes de la ménopause. Un recours collectif fut entendu en octobre 2014 en Colombie­-Britannique.

Rassurez-vous, la mèche va vite être mouillée… La compagnie responsable n’existe plus ! Tiens, tiens, serait-ce une autre magouille pharmaceutique ? Bien entendu que si. Que cela ne tienne, le méga fabricant qui a acquis la compagnie continue de vendre le médicament… sous un autre nom tout simplement (petit investissement pour changer l’emballage !)… et pour les plaignantes cancéreuses américaines : elles se sont contentées de se partager seulement 1,7 milliard de dollars après condamnation de la compagnie. Ça vaut la peine d’avoir un cancer ?

Oups, une autre belle finale : le médicament coupable en question n’est plus couvert par le régime général d’assurance médicaments du Québec depuis 2010 (idem en Ontario, au Yukon et en Nouvelle-­Écosse, notamment). Pour en cesser le remboursement, la RAMQ a invoqué une demande de hausse de prix du fabricant largement supérieure au taux maximal permis… fallait bien que le fabricant trouve un moyen de payer ce milliard sept cents mille… (ce sont les Canadiens qui payent pour les Américaines). Eh ! oui, de fidèles médecins, qui ont prêté serment d’allégeance, continuent de le prescrire. Ah ! ces beaux souvenirs de congrès à Hawaii, dans les Antilles, à Las Vegas… et que dire de ces croisières… Thank You BigPharma !


Le Cancer du Sein Psychalalisé

Si Freud serait parmi nous, je ne serais pas étonné de l’entendre dire que toutes les mammectomies sont prescrites et pratiquées par des docteurs qui veulent se venger de leur mère ! Ils fantasment maladivement sur les seins (imposition de la société religieuse) et leur frustration de ne pas pouvoir les toucher librement (et très souvent et des variés)... stimule une certaine vengeance. « Si je ne peux pas avoir ce plaisir, un autre ne l’aura pas non plus. Bistouri siouplaît »

Inscrivez-vous à PeupleConscient,
faites connaître nos publications et profitez d'une occasion exceptionnelle d'être
prospère. (cliquez le lien pour lire l'introduction)

Merci, et bonne lecture!




des textes inspirants gratuits sur l'actualité et sur tous les domaines de votre vie.

Supportez le site de
PeupleConscient
abonnez-vous au eZine
et instruisez-vous
.



cliquez pour consulter
les Sommaires et
des extraits des numéros parus