- PEUPLE CONSCIENT HÉBERGE PLUSIEURS SITES INTERNET INTER-RELIÉS -

Ce sont les personnes conscientes, pacifiques, écologiques, qui ont le plus besoin d'argent...

Faites connaître ce site et soyez rémunéré$$$

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


VIVRE CONSCIEMMENT

Ce texte fut publié dans le eZine PeupleConnscient #005


Les textes de PeupleConscient peuvent être utilisés librement avec ou sans référence. Mais, si vous n'affichez pas la référence, vous perdrez des occasions de vous enrichir... Inscrivez-vous à PeupleConscient,
recevez un code d'identification...
informez-en tous vos lecteurs, vos visiteurs...
et recevez des ristournes.
ENVIRONNEMENT / AGRICULTURE

Avec environ 10 000 espèces, le blé est l’une des plus grandes familles de plantes à fleurs. Au fil des siècles, le grain de blé a subi plusieurs transformations génétiques. Le blé d’aujourd’hui n’est pas le même qu’au début du 20e siècle.

Par croisements génétiques, le blé moderne contient 42 chromosomes alors que voilà un siècle, il n’en avait que 14.

Avant, le blé poussait jusqu’à 1,20 m, alors que maintenant, 99% du blé ne fait que 60 cm avec un épi énorme.

L’on a créé ce blé « mutant » simplement parce qu’il contient beaucoup plus de gluten. Bien entendu, à la base, c’est que c’est un produit alimentaire universel, à la consommation quotidienne de plus de 40% de la population mondiale.

Les croisements multiples intenses qu’a subis le blé ont provoqué des changements significatifs dans les acides aminés des protéines de gluten... et c’est exactement cela qui a provoqué l’accroissement de 400% de la maladie coeliaque durant les 40 dernières années. À force d’hybridation et de modifications génétiques, le blé moderne contient désormais quantité de protéines nouvelles que nous sommes incapables d’assimiler. C’est-à-dire : briser les structures moléculaires des protéines (chaînes d’acides aminés) pour en retirer des éléments pour construire nos propres protéines.

Les céréales contenant du gluten rendent les parois de vos intestins plus perméables, plus poreux (par la chaleur que leur transformation produit, par l’irritation des fibres associées). Le blé moderne torture notre intestin.

Ces protéines beaucoup trop complexes pour nos enzymes et sucs digestifs ne peuvent pas maintenir leur état, car tout dans la Nature doit être transformé. Ne pouvant l’être dans notre estomac et duodénum, ces macro-molécules passent telles quelles dans l’intestin, là où démarre leur processus de transformation (simple fermentation stimulée par un milieu chaud et humide... et toujours agrémenté de sucres). C’est cette fermentation INTENSE qui torture les parois des intestins, qui les enflamme (chaleur et acidité).

On parle alors d’intolérance au gluten (ou maladie cœliaque) simplement pour cacher ce fait que le blé moderne n’est plus un aliment et qu’il attaque les intestins. Oui, il y a des humains plus sensibles que d’autres à ces inflammations... mais, de nombreuses autres maladies en découlent.

La « Science » (toujours commanditée) se contente d’affirmer que ce n’est « qu’une maladie qui ne touche que 1% de la population ». Et la discussion s’arrête là, même si de nombreuses études ont démontré que le blé moderne était nocif pour le système digestif humain, que les personnes soient intolérantes ou pas.

L’inflammation des parois intestinales a plusieurs conséquences pathogènes, car, c’est par elles que doivent traverser tous les nutriments requis par toutes nos cellules. Une membrane enflammée ne peut pas accomplir son travail correctement. Déjà que la fermentation intensive détruit un grand nombre de nutriments, les sensibles vitamines notamment : ce qui implique que la consommation de blé produit des carences.

Mais, ce n’est peut-être pas là le plus grand mal de ces nouvelles protéines mutantes. Notre intestin grêle souffre et peine à assimiler les nutriments, mais l’inflammation détruit ces parois qui doivent laisser passer dans le flux sanguin certaines protéines. Ces molécules, que l’on pourrait qualifier de synthétiques, sont de vrais terroristes qui déclenchent des maladies auto-immunes et augmentent le risque de cancer (car, elles doivent s’enflammer là où elles se déposent et s’accumulent... dans divers tissus et muqueuses). Les otites sont des inflammations de substances emprisonnées parmi les composantes complexes de l’oreille. Les sinusites sont des inflammations de ces protéines prisonnières des muqueuses. Le blé génère également les bronchites, tout comme les multiples infections dont l’on souffre.

Il faut savoir que le, de plus en plus célèbre, gluten est en fait un mélange de protéines (prolamines & gluténines). Le gluten n’est donc pas une matière en soi. Ce n’est qu’une invention commerciale pour camoufler la cause d’une majorité de maladies causées par la consommation de blé. L’on accuse quelque chose qui n’existe pas vraiment. S’il y a intolérance, c’est tout simplement que les protéines nouvelles ne sont pas scindables par notre système digestif.

L’agriculture n’a cessé de changer depuis 10 000 ans, toujours dans le but de s’adapter à nos besoins et nos envies. Les besoins sont devenus de plus en plus grandissants par l’accroissement de la population mondiale et par les moyens de transport qui internationalisent la commercialisation qui précédemment demeurait régionale. La plupart des peuples consomment de nos jours des aliments d’autres peuples, ce qui était rarement le cas avant le 16e siècle.

Concernant les envies, elles ne sont que des astuces commerciales pour forcer la consommation (sinon la surconsommation). Les envies, ça se programme !

Depuis plus de 25 siècles, le blé est la base de l’alimentation dans la majorité des civilisations. Mais, le pain n’était pas pour la plupart du temps de cette période ce que l’on pense. Auparavant, l’humain se contentait de préparations de céréales bouillies ou cuites en galettes, comme éléments de base de sa nourriture quotidienne.

La levure de boulangerie ne remonte qu’à la deuxième moitié du 19e siècle (une autre connerie qui découle de Pasteur). Avant son utilisation, le pain était dur et on le faisait généralement trempé dans la soupe ou potage (base de tous les repas). Déjà au Moyen-Âge, la majorité des citadins avaient les dents cariées... donc, fallait qu’ils « mangent mou » ! Alors, le pain moelleux, gonflé par la levure a connu un immense succès rapide. Plus le pain était « vaporeux », plus il était dispendieux.

C’est justement le gluten qui rend la farine panifiable (la pâte à pain une fois pétrie plus élastique). Mais, c’est encore le processus de fermentation de ces protéines de gluten qui est en cause : production de gaz (bulles) et élévation de température. Si le pain est moelleux, c’est qu’il est rempli de bulles... qui sont en réalité des défécations de bactéries qui grugent ces protéines.

L’on a voulu que le blé moderne contienne plus de gluten que le blé ancestral, justement pour que la fermentation soit plus intense, pour que le pain contienne plus de gaz intestinaux bactériens, pour qu’il soit plus moelleux. Mais, ce ne fut pas le but premier. La création du « blé hexapoïde » mutant à 42 chromosomes fut au départ pour rendre cette céréale plus résiliente aux aléas climatiques, pour augmenter la superficie des terres cultivables. À présent, le blé OGM vise à rendre la céréale plus résiliente aux maladies et aux insectes.


Le « sans gluten »

Le « sans gluten » est devenu un enjeu commercial et sanitaire majeur : le marché Français a atteint le 100 millions d’euros. Les prévisions mondiales pour 2020 sont que le Gluten Free représentera 3 milliards d’euros. L’on s’enrichit à produire du blé contenant plus de gluten, pour s’enrichir encore beaucoup plus à l’éliminer !!!

On aurait dû comprendre alors que nos grands-parents employaient la farine de blé pour en faire de la colle à tapisser en y ajoutant de l’eau. C’est une véritable colle.

Mais encore une fois, l’on fait diversion sur la compréhension des maladies et leurs causes. Le « sans-gluten » est tout simplement présenté médiatiquement comme une mode (surtout que de plus en plus d’athlètes qui l’adoptent).

Nous sommes tous allergiques au blé, mais la majorité ne le savent pas, ils ne sont pas en mesure de faire le rapport entre leurs nombreux malaises (comme le rhume, l’asthme, maladies de la peau et même le diabète) et leur consommation quotidienne de blé.

Les médecins continuent d’ignorer les causes des maladies parce que c’est lucratif. La consommation du blé est la base du développement d’un état maladif, c’est le « sol » d’un terrain favorable aux microbes... que leurs médicaments tentent stupidement de détruire... alors qu’ils ne font que leur travail naturel de réduire les merdes alimentaires indigestes que l’on ingère... et notre pouvoir digestif s’affaiblit à chaque prescription médicale.

Non, la maladie cœliaque n’est pas une perturbation d’ordre immunologique de la muqueuse intestinale en réaction à une protéine de certaines céréales qui contiennent du gluten. C’est le processus naturel de réduction moléculaire de cette protéine indigeste. Et le résultat de cette fermentation (inflammation) est la réduction de la capacité d’absorption de certains nutriments, dont le fer, l’acide folique, le calcium, les protéines, les graisses ou encore la vitamine D.

Les symptômes de la maladie ne sont que les conséquences d’une indigestion. Cette intolérance au gluten provoque un très grand nombre de malaises, et autres qu’intestinaux.

Ce n’est pas facile de nos jours d’adopter un régime sans gluten, car il faut dire adieu aux céréales comme le blé, aux pains, aux pâtes alimentaires, aux savoureuses sauces, aux délicieux gâteaux et aux tentantes pâtisseries. C’est un dur combat pour trouver des équivalents. Oui, l’on retrouve de plus en plus de produits étiquetés « sans gluten »... même des anciens produits qui n’en contenaient pas de toute façon, mais que l’on a cru bon de rhabiller...

Si donc vous décidez d’arrêter de manger du blé et que vous choisissez de manger « à la place » de l’épeautre, c’est comme si un alcoolique déclarait qu’il arrête de boire et qu’il remplace désormais le vin par du Beaujolais !

Le blé est le grand coupable parmi les nourritures allergéniques.
– Albert H. Rowe

( article : ALIMENTATION 101 )
( eBook : CODEX MORBUS )
Inscrivez-vous à PeupleConscient,
faites connaître nos publications et profitez d'une occasion exceptionnelle d'être
prospère. (cliquez le lien pour lire l'introduction)

Merci, et bonne lecture!




des textes inspirants gratuits sur l'actualité et sur tous les domaines de votre vie.

Supportez le site de
PeupleConscient
abonnez-vous au eZine
et instruisez-vous
.



cliquez pour consulter
les Sommaires et
des extraits des numéros parus