- PEUPLE CONSCIENT HÉBERGE PLUSIEURS SITES INTERNET INTER-RELIÉS -

Ce sont les personnes conscientes, pacifiques, écologiques, qui ont le plus besoin d'argent...

Faites connaître ce site et soyez rémunéré$$$

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


Ce texte est extrait du eBook L'Alimentation Naturelle Idéale
selon la Néo-Naturo-Thérapie

VIVRE CONSCIEMMENT

disponible Août 2017
10€
Commandez
tout de suite

publications@edenum.com


Les textes de PeupleConscient peuvent être utilisés librement avec ou sans référence. Mais, si vous n'affichez pas la référence, vous perdrez des occasions de vous enrichir... Inscrivez-vous à PeupleConscient,
recevez un code d'identification...
informez-en tous vos lecteurs, vos visiteurs...
et recevez des ristournes.
ALIMENTATION NATURELLE IDÉALE

La Vitalité

Tous les êtres vivants sont animés d’une Énergie vitale qui dirige toutes les activités à partir de l’embryon. La Vitalité est ressentie par la libre circulation de l’Énergie vitale. Que ce soit de la matière indigeste dans le système digestif ou des pensées négatives (stress, tracas, peurs, etc.), l’Énergie vitale peut être perturbée dans son déplacement (selon ses circuits particuliers). Les soucis drainent notre vitalité. Un repas indigeste draine notre vitalité.

Tout ce qui menace le fonctionnement de nos organes dévie l’Énergie vitale qui doit diriger les travaux de nettoyage, de détoxication et de régénération, d’assimilation. Nous ressentons moins de vitalité lorsque nous nous déplaçons avec un sac à dos pesant 20 kg, simplement parce qu’une partie de notre Énergie vitale doit s’occuper de compenser cette surcharge. Un repas indigeste en fait tout autant... Imaginez un peu l’énorme gaspillage sur quelques décennies.

Les aliments révèlent un potentiel d’Énergie vitale qui donne la véritable utilité à leur absorption. Cette Énergie n’a rien à voir avec le poids des aliments ni avec leur composition moléculaire, et encore moins à leur valeur calorifique. Il faut que les aliments soient vitalisés si l’on veut que leur consommation libère l’Énergie qu’ils ont accumulée tout au long de leur croissance. La préparation culinaire, dont la cuisson, dissipe cette Énergie vitale, ce qui rend les aliments plus indigestes. Moins d’Énergie, plus faible est le déplacement de la Matière.

Les parties matérielles des substances assimilables (principalement les minéraux et les vitamines) ne sont pas comme on le croit les seules importantes à considérer dans notre choix alimentaire. La présence d’Énergie vitale disponible est grandement plus importante.

Un aliment vitalisé dégage des molécules subtiles qui sont des plus nourrissantes, car leur structure moléculaire est très simple. Une fois respirées, ces molécules sont aisément prises en charge par le flot sanguin.

Ces molécules subtiles composent le parfum des aliments, leur arôme et leur goût.

Les aliments vivants, longuement mastiqués, verront leur structure moléculaire plus aisément réduite dans le système digestif, principe libérateur d’Énergie vitale. Il faut considérer la nourriture au-delà de sa nécessité pour construire les muscles et les os, non plus qu’à fournir la chaleur corporelle ou simplement pour entretenir l’organisme. Cela ne relève que du niveau matériel. Mais, la matière ne peut pas se déplacer sans une source d’Énergie. Un aliment vivant, organique, verra ses molécules plus facilement utilisées et déplacées. Les molécules d’un aliment mort (cuit) auront tendance à se déposer dans les tissus et n’auront pas la vibration suffisante pour stimuler les parois cellulaires (qu’elles doivent traverser pour nourrir).

la fausse vitalité

Voici un autre concept très important à comprendre pour expliquer les fausses actions bénéfiques des produits chimiques.

La vitalité est ressentie lorsqu’il y a mouvement de matières, par conséquent, lorsqu’il y a une circulation importante d’Énergie vitale. Nous l’avons vu, les matières dans le corps humain (et dans tous les êtres vivants) circulent dans deux sens.

La vraie vitalité est que l’on puise de l’Énergie vitale de l’environnement en réalisant des fissions moléculaires (libération d’Énergie). C’est ce que l’on accomplit par ce que l’on mange vivant et ce que l’on respire de l’air vivifié. C’est le sens « positif » de la Vitalité.

Lorsqu’un organisme laisse pénétrer en lui des substances qu’aucune de ses composantes ne peut ni ne pourra jamais utiliser, elles sont des poisons pour lui. Mais, plusieurs de ces substances ne demeurent pas intactes (changent d’état), car le processus de recyclage de la Nature est toujours en action. Plusieurs de ces substances perturbent notre métabolisme cellulaire, d’autres encore accélèrent la dégradation des cellules (et celle des tissus qu’elles composent).

Le corps réagit à n’importe quel poison, à n’importe quelle molécule étrangère. Dès la présence d’un poison, tous les systèmes réagissent : ils s’unissent pour tenter de le neutraliser, de briser sa structure moléculaire, pour enfin tenter de les rejeter à l’extérieur. Toutes ces réactions immunitaires requièrent un grand déplacement de molécules et d’Énergie vitale... qui est la définition même de la vitalité.

La plupart des aliments industriels que l’on consomme renferment des poisons et l’on a pourtant l’impression qu’ils sont « fortifiants », terme cher à la médecine lors de la convalescence. Lorsque notre organisme se fatigue à s’occuper des substances empoisonnantes, encrassantes, il y a une vitalité fausse qui est ressentie temporairement. Vient ensuite un sentiment de fatigue... qui incitera tout simplement la consommation d’un autre poison « stimulant ».

Les produits chimiques sont souvent comme des coups de fouet internes. Ils n’agissent pas en servant à l’organisme, mais ne font que provoquer des réactions. Et ce sont ces réactions de « panique générale » que la Médecine décode erronément.

Lorsque l’on consomme de la viande, du sucre, du café ou du chocolat, la vitalité ressentie est fausse et temporaire.

L’organisme n’est pas vitalisé lorsque les molécules ne sont pas utilisables par ses cellules, lorsqu’elles ne peuvent pas être brisées en nutriments (et pour la libération d’Énergie)

pour être en Vie, il faut manger vivant

Nous avons vu qu’étant des consommateurs primaires, nous devons nous alimenter directement du règne végétal. Ça, c’est la règle de base dont la majorité d’entre nous oublie le mot important : directement. La règle ne s’applique plus si l’on modifie, si l’on transforme ce que la Nature nous offre si généreusement.

Les végétaux vitalisent la matière inorganique de manière parfaite, c’est-à-dire qu’ils fabriquent des assemblages matériels possédant un parfait équilibre Énergétique. La quantité d’Énergie vitale d’un fruit ou d’un légume est juste suffisante pour conserver un certain temps une certaine forme physique. Dès sa récolte, un végétal cesse d’être approvisionné en nutriments et en Énergie et cette dernière se dissipe lentement dans l’atmosphère. Toute forme de transformation des végétaux réduit considérablement la quantité d’Énergie vitale assimilable.

Si nous ne consommons pas des aliments vitalisés, nous ne pouvons maintenir la régénération de notre vitalité, nous ne pourrons que survivre un certain temps... tout en devant endurer des malaises... et absorber des stimulants chimiques.

En Médecine, l’on a longtemps considéré le corps humain comme étant un moteur, une mécanique. Si l’on ne regarde qu’au niveau du fonctionnement, oui, il y a similitude : carburant, transformation (séparation moléculaire), travail réalisé, évacuation du non utilisable.

Mais, une mécanique n’a pas le pouvoir d’auto-génération comme le possèdent tous les êtres vivants.

L’on insiste pour que les humains mangent quotidiennement plus de portions de fruits et légumes frais. Mais, ce n’est qu’un conseil pour ne pas bousculer l’industrie alimentaire et l’industrie pharmaceutique. Si manger plus de fruits et de légumes frais aide à la Santé, pourquoi alors ne pas accepter de consommer que cela tout le temps ???

Une molécule organique se déplace beaucoup plus facilement à l’intérieur d’un organisme qu’une molécule inorganique (dévitalisée). Aucun laboratoire ne pourrait insuffler la vie à des molécules qu’il a synthétisées.

La respiration

Respirer profondément en mangeant est capital pour optimiser la digestion et l’assimilation. Plusieurs auteurs anciens ont affirmé que le Principe vivant en nous était principalement maintenu par la fission atomique qui se réalise au travers les alvéoles de nos poumons, la séparation des atomes d’azote en particulier. Oui, notre respiration fournit une grande quantité d’Énergie vitale, mais il y a plus que cela.

les muqueuses nasales

Devinez pourquoi plusieurs drogués sniffent leur drogue (par ex., ligne de cocaïne). C’est bien parce dans les fosses nasales, il y a un échange quasiment direct avec le sang. Lorsque les sinus sont en bon état, chaque inspiration « capte » plusieurs éléments subtils qui sont nourriciers (ou intoxicants) pour le système sanguin (les odeurs). Une muqueuse n’est qu’un tissu amplement lubrifié, et comme nous l’avons vu, qui sert de filtre.

Les céréales (le riz et le blé notamment) encrassent les muqueuses nasales de « colle à tapisserie ». Il en va de même avec les produits laitiers et même les légumineuses (mucus plus consistants que celui généré par les féculents). Cette présence anormale de mucus bloque le travail des cellules olfactives. L’organisme est alors privé d’élément très simples qui devaient facilement être utilisés par les cellules (nutritives). Plus une molécule est simple, plus son pouvoir pénétrant est grand.

la polyphagie

Presque tout le monde souffre de polyphagie, qui est la consommation excessive d’aliments sans se sentir repu. Cela est principalement causé par la dévitalisation des aliments consommés. Tous les organismes vivants doivent renouveler tous les jours une partie de leur Énergie vitale dissipée. Nous devons assimiler quotidiennement une certaine quantité minimale d’Énergie vitale. Le manque d’Énergie vitale présent dans ces matières alimentaires industrialisées oblige d’en consommer une plus grande quantité (que si elles étaient naturelles).

L’on peut manger facilement 6 pommes en compote (cannelle et sucre), alors que c’est difficile de le faire si elles étaient consommées crues au pied d’un pommier. L’apport en Énergie vitale de nos aliments est hautement plus important que l’apport en minéraux et en vitamines.
Il y a également la consommation d’alcool avant et durant le repas qui rend le bol alimentaire indigeste... et qui engourdit les organes... perturbant la transmission de l’information glandulaire et nerveuse. Cela incite donc à consommer de plus grande quantité.

la Magnétisation

Dans plusieurs religions l’on fait une prière avant les repas. C’est le Bénédicte chez les catholiques. Mais, comme pour plusieurs pratiques qu’ils ont empruntées, ils en ont modifié le sens et la forme. Les Égyptiens plaçaient leurs mains au dessus de leur assiette en formant une pyramide.

Ce faisant, ils généraient des ondes de forme qui vitalisaient les aliments. La religion a joint les mains ensemble.

Avant de manger, rendez grâce à la Nature qui vous a offert cette nourriture. Vous pouvez bien entendu placer vos mains au dessus comme l’on fait une imposition des mains sur une personne malade.

Magnétiser sa nourriture avec ses mains ou sa pensée la rend plus digeste, car elle sera plus vitalisée, plus vibrante... et plus vitalisante signifie un déplacement moléculaire plus rapide. C’est le même principe qu’une auto-jouet à piles : elle roulera plus vite avec des piles rechargées.

Nous possédons tous une empreinte vibratoire. Chaque objet que l’on touche est polarisé par notre Énergie vitale (la vibration de nos pensées) et la matière organique est plus sensible que la matière inerte.

Des expériences réalisées par la polarisation de l’eau à démontrer comment nos pensées (ou notre taux vibratoire personnel) peut influencer les formes de cristaux de glace. Ce fut la découverte scientifique de la grande sensibilité de l’eau à l’Énergie émise par la pensée, la parole, l’image, la musique… Par la vibration qu’ils émettent, même de simples mots écrits sur un papier comme « haine » ou « amour » présentés à de l’eau modifient avec une signature spécifique la forme de ses cristaux. Si l’on polarise l’eau d’arrosage d’une plante tout en pensant « mort, destruction », et bien la plante va dépérir et mourir.

La préparation culinaire est une façon de polariser les aliments... ce qui peut les rendre plus « digestes » si les pensées du cuisinier sont positives et qu’il aime son métier (et qu’il est bien payé). Oui, le cuisinier peut revitaliser un peu les aliments (et ainsi peut réduire les portions).

Pour les humains non producteurs, leurs aliments sont polarisés par l’Énergie polarisante des autres : producteurs, employés agricoles, transporteurs, employés de supermarché, cuisinière/cuisiner, serveur/serveuse, etc. Chacune de leurs pensées dominantes s’imprime dans les aliments qu’ils manipulent et cela influence grandement leur transformation et leur assimilation par les consommateurs. Plusieurs de nos émotions négatives proviennent d’aliments négativement polarisés par d’autres personnes. C’est souvent le cas des aliments de la malbouffe où les employés entretiennent plusieurs pensées négatives.

Inscrivez-vous à PeupleConscient,
faites connaître nos publications et profitez d'une occasion exceptionnelle d'être
prospère. (cliquez le lien pour lire l'introduction)

Merci, et bonne lecture!




des textes inspirants gratuits sur l'actualité et sur tous les domaines de votre vie.

Supportez le site de
PeupleConscient
abonnez-vous au eZine
et instruisez-vous
.



cliquez pour consulter
les Sommaires et
des extraits des numéros parus