- PEUPLE CONSCIENT HÉBERGE PLUSIEURS SITES INTERNET INTER-RELIÉS -

Ce sont les personnes conscientes, pacifiques, écologiques, qui ont le plus besoin d'argent...

Faites connaître ce site et soyez rémunéré$$$

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


VIVRE CONSCIEMMENT

Ce texte sera publié dans MICROBES & PANDÉMIES


Les textes de PeupleConscient peuvent être utilisés librement avec ou sans référence. Mais, si vous n'affichez pas la référence, vous perdrez des occasions de vous enrichir... Inscrivez-vous à PeupleConscient,
recevez un code d'identification...
informez-en tous vos lecteurs, vos visiteurs...
et recevez des ristournes.
HISTOIRE DE L'HUMANITÉ

L'Être Civilisé Souffrant... et Payant

En 1990, il n’y avait moins de 100km de routes pavées aux États-Unis. Aujourd’hui, 220 millions de véhicules circulent sur 4 millions de routes américaines. Toujours en 1900, la majorité des Européens vivaient et travaillaient à la campagne, sans électricité ou de livraison postale. Certes, l’industrie automobile est considérée comme l’une de celles qui avaient le plus évolué au siècle dernier. Mais, c’est parce que la plus importante se camoufle pour ne pas indigner la population.

L’on pense que depuis le début du 20e siècle, le plus grand changement scientifique et technologique est en médecine. Cela parce que l’espérance de vie en 1900 était de seulement 47 ans, alors qu’à la fin du siècle elle approchait 80 ans. Mais, cela est totalement une donnée fausse. C’est exactement le même principe des additifs ajoutés à tous les aliments industriels pour en prolonger la conservation. Ce n’est que tricher pour s’assurer de business... Idem pour les humains que l’on garde en vie plus longtemps pour soutenir et accroître l’économie... surtout qu’ils souffrent de maladies tout au long de leur vie.

Les agents conservateurs pour les humains sont surtout les anti-vie : les antibiotiques et les vaccins. Ces deux découvertes scientifiques ne font que perturber les processus de transformations naturelles... ce qui retarde ou même empêchent la « digestion » des matières organiques et cela produit des dépôts cumulatifs. Ce sont ces dépôts qui produisent les états maladifs.

Mais cela, la science médicale et l’industrie pharmaceutique ne veulent pas le reconnaître. Tout simplement parce que leur « système de santé » ne peut exister sans l’existence, la persistance et la propagation des maladies. Et cela leur rapporte les plus importantes fortunes de l’Histoire de l’Humanité. Plus il y a de maladies, plus ce commerce médical s’enrichit. L’on ne fabrique pas des médicaments pour nous guérir, mais seulement pour s’enrichir. Il s’agit tout simplement d’inventer une nouvelle maladie, un nouveau virus invisible, et hop! on vend un nouveau médicament, un nouveau traitement. Plus la maladie est menaçante, plus le prix du traitement est dispendieux !

Et les plus grandes menaces pour l’industrie pharmacie et biotechnologique (toutes deux exclusivement chimiques) est le traitement des causes réelles de nos nombreux malaises et la prévention. Ces industries existent simplement parce que la maladie existe... et elles les provoquent : aux États-Unis, le nombre total de décès provoqués par la médecine conventionnelle est de 1 000 000 par an !

Les autorités médicales créditent les vaccins pour le déclin des maladies (même si elles augmentent et qu’il y en a de nouvelles chaque année). C’est le chèque de paye et leur sécurité d’emploi qui comptent le plus... tant qu’il y a des maladies... ou encore plus payant... tant qu’il y a des risques de maladies... et archi payant s’il y a des risques de pandémies... Ces « autorités » ne se basent que sur des rapports bourrés de statistiques que les fabricants leur fournissent !

Chaque année au moins une maladie nouvelle fait son apparition. Un chiffre record. Depuis 1967, pas moins de 39 nouvelles maladies infectieuses ont été identifiées : SIDA, fièvres hémorragiques de Marbourg et d’Ebola ou encore le SRAS. Cette dégradation de la situation sanitaire s’explique par la destruction de l’environnement engendrée par les activités humaines : urbanisation trop rapide, augmentation de la population, agriculture intensive. Il faut réaliser que le coupable derrière la destruction de nos corps et de nos environnements est tous les produits issus de la Chimie. Tout ce que fabrique cette science démoniaque n’est que des molécules incompatibles pour les organismes vivants.

Autre facteur, l’évolution des micro-organismes et leur résistance aux antibiotiques (particulièrement dans le cas de la tuberculose). L’on nous dit que cette augmentation des virus résistants fait encourir à l’humanité un risque accru d’épidémie mondiale. Mensonge !

La mobilité extrême des populations permet une transmission des infections en un temps record. Chaque année plus de 2,1 milliards de voyageurs prennent ainsi l’avion : les porteurs de maladies les répandent d’un pays à l’autre en quelques heures. Si la planète connaissait une nouvelle épidémie de grippe mortelle, plus de 1,5 milliard d’humains pourraient être affectés soit 25% de la population du globe.

Et les tentacules de ces industries du chimique, de la mort, se sont étendus à un point tel qu’il soit difficile de contester à présent leur autorité ou plutôt, leur monopole.

Grâce aux maladies, des millions d’emplois sont créés partout : actuaires, administrateurs, assureurs, associations, chercheurs, hôpitaux, infirmières, laborantins, magazines, médecins (plus de 40 spécialisations !), pharmaciens, professeurs, revues spécialisées, secrétaires, thérapeutes, universités, vulgarisateurs, etc. sans compter tous ces nombreux congrès luxueux.

C’EST GIGANTESQUE !!!

L’industrie pharmaceutique est devenue depuis la Deuxième Guerre mondiale, l’industrie la plus importante et la plus rentable au monde (Big Pharma).

Mais, tout ce château de cartes ne repose que sur l’équation :

microbes => maladies => remèdes chimiques.

En réalisant cette association simpliste, il suffit de créer des « bibittes » invisibles pour justifier la vente obligatoire (et incontournable) de poisons pour les détruire.

Et pour s’assurer un commerce florissant et éternel, l’on ignore tout simplement le pourquoi et le comment de la présence de ces « bibittes » dans un certain espace-temps. Oui, depuis Pasteur l’on ignore la responsabilité du terrain favorable que nos mauvaises habitudes de consommateurs produisent.

Il faut absolument comprendre les relations entre l’état maladif, le terrain favorable et les microbes. Ainsi, il est possible de connaître le processus des contagions... et c’est seulement alors que l’on peut être en mesure d’agir pour les éviter ou s’en protéger (et de manière totalement naturelle).

(article précédent : DÉNATURALISATION ÊTRE HUMAIN )
( eBook : COMMENT SE GÉNÈRE LA MALADIE )
( eBook : CODEX SANITAS )

Inscrivez-vous à PeupleConscient,
faites connaître nos publications et profitez d'une occasion exceptionnelle d'être
prospère. (cliquez le lien pour lire l'introduction)

Merci, et bonne lecture!




des textes inspirants gratuits sur l'actualité et sur tous les domaines de votre vie.

Supportez le site de
PeupleConscient
abonnez-vous au eZine
et instruisez-vous
.



cliquez pour consulter
les Sommaires et
des extraits des numéros parus