- PEUPLE CONSCIENT HÉBERGE PLUSIEURS SITES INTERNET INTER-RELIÉS -

Ce sont les personnes conscientes, pacifiques, écologiques, qui ont le plus besoin d'argent...

Faites connaître ce site et soyez rémunéré$$$

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


VIVRE CONSCIEMMENT

Ce texte fut publié dans le eZine PeupleConnscient #002


Les textes de PeupleConscient peuvent être utilisés librement avec ou sans référence. Mais, si vous n'affichez pas la référence, vous perdrez des occasions de vous enrichir... Inscrivez-vous à PeupleConscient,
recevez un code d'identification...
informez-en tous vos lecteurs, vos visiteurs...
et recevez des ristournes.
VIVRE

Proscratiner n’est pas un verbe que l’on place dans la conversation tous les jours, pourtant, nous le faisons plusieurs fois quotidiennement. C’est remettre au lendemain ce que l’on devrait faire dans l’instant.

On le fait par paresse, par négligence, par manque d’intérêt (manque de motivation) ou simplement par manque de temps. Mais, si l’on repousse toujours les choses à réaliser, c’est surtout que l’on ne comprend pas le processus métaphysique (et physique) derrière.

La vie est de plus en plus stressante et nous avons de plus en plus d’activités, qu’elles soient familiales, sociales ou professionnelles. Le poids de l’existence moderne nous force à chercher à nous divertir le plus souvent possible. Et le divertissement est synonyme de nouveauté. Ce qui est nouveau nous divertit (et attire notre attention), ce qui est répétitif nous ennuie.

En général, dès que les gens sont suffisamment fortunés, ils délèguent les tâches monotones à des employés, comme faire le ménage, préparer les repas, couper la pelouse...

La procrastination est avant tout une action du mental. Ce dernier est un peu comme la tête de lecture du disque dur de votre ordinateur : elle ne cesse de travailler pour rechercher et enregistrer des données... et cela, ça consomme de l’Énergie et ça fatigue. Lorsqu’on a une réalité qui nous est imposée (par exemple, par obligation de gagner financièrement sa vie), notre mental doit, la majeure partie de la journée, processer des données qui ne sont pas nécessairement divertissantes, ni même plaisantes. C’est alors que l’on développe, dès que la réalité le permet, un comportement oisif que l’on nomme paresse. Ce qui arrive principalement lorsqu’on a un moment libre avec soi-même.

Lorsqu’on dit que le temps est relatif, cela signifie qu’il y a une dualité. Il y a le temps astronomique et le temps réel de notre existence. Ainsi, nous pouvons « gagner du temps », ou « perdre son temps ».

Nous gagnons du temps lorsque nous réalisons une activité plus rapidement qu’il en aurait fallu pour une personne normale dans une réalité normale. Si je dois parcourir 240 km pour aller rencontrer un client, et que je roule à 80 km/h (la limite permise sur cette route), cela me prendra 6 heures aller-retour pour réaliser un trajet obligatoire. Mais, si je roule à 120 km/h, la même activité ne me prendra que 4 heures : je ferais donc une économie de 2 heures. Je gagnerais deux heures, soit que je pourrais consacrer à mon client et être plus efficace, ou je reviendrais chez moi pour réaliser d’autres activités. Au sens de la Relativité, en roulant à 120 km/h, je rajeunis de deux heures par rapport aux personnes qui roulent à 80 : j’ai deux heures de plus d’existence (réaliser plus d’activés qu’eux).

À l’inverse, lorsque dans l’instant présent l’on a une activité à faire et qu’on la reporte au lendemain, on perd du temps... notre oisiveté dans l’instant fait que l’on vieillit plus vite !

L’on en revient donc au très célèbre conseil que tant de Maîtres, tant de gourous prononcent : Vivre dans l’Instant Présent. Ce qui signifie que lorsqu’on réalise qu’il y a une activité incontournable à faire, il faut la faire aussitôt.

Chaque fois que l’on reporte une activité, cela draine notre Énergie vitale, car, nous devons l’enregistrer dans notre mémoire... ce qui fait que sans arrêt notre « tête de lecture » doit parcourir ce secteur de notre « disque mental » pour ne pas oublier de la faire.

Et chaque fois que l’on reporte l’activité, l’on se sent un peu plus coupable de ne pas la faire... ce qui draine encore plus notre Énergie... et ainsi, l’on vieillit plus vite.

Les gens ne réalisent pas qu’ils procrastinent de plus en plus... ce n’est pas un cercle vicieux, c’est un gouffre... Et finalement, l’on réalise un jour que l’on est obligé de faire l’activité... que l’on fait à la hâte et mal. Il en découle par conséquent une insatisfaction... encore un drainage d’Énergie.

Faites-en l’expérience, ne serait-ce qu’un week-end. Après le repas, laver, sécher et ranger la vaisselle; ranger et nettoyer votre cuisine. Au repas suivant, vous serez super fiers de revenir dans votre cuisine immaculée, vous serez fiers de vous. Encore plus si vous avez des invités surprise. Souvenez-vous de votre attitude lorsque vous entrez dans votre cuisine alors que c’est le gros bordel, que l’évier déborde de vaisselle sale, que les comptoirs sont couverts de déchets... et quel est votre comportement lorsque l’on sonne alors à la porte ? C’est la panique à camoufler votre bordel... le stress... la culpabilité.

Vivre dans l’instant présent, faire ce qu’il y a à faire dans l’instant, Énergise énormément et transforme votre réalité. Vous serez une personne moins stressée, vous serez plus rayonnante, plus fière... et vous aurez beaucoup plus de temps libre. Toute votre réalité coulera comme une rivière.

Commencez maintenant, pas demain.
Demain est une excuse de perdant.

– A. Fashion

Inscrivez-vous à PeupleConscient,
faites connaître nos publications et profitez d'une occasion exceptionnelle d'être
prospère. (cliquez le lien pour lire l'introduction)

Merci, et bonne lecture!




des textes inspirants gratuits sur l'actualité et sur tous les domaines de votre vie.

Supportez le site de
PeupleConscient
abonnez-vous au eZine
et instruisez-vous
.



cliquez pour consulter
les Sommaires et
des extraits des numéros parus