E.D.E.N. EN BREF

E.D.E.N. est un acronyme pour Environnement pour une Divine Évolution en Nature (Environment for a Divine Evolution in Nature).
Toute civilisation a un début et une fin, c’est le principe même de l’évolution. Peu importe notre avancement technologique, nous ne pouvons déjouer les cycles de la Nature, de l’Univers.

De plus en plus d’humains croient fermement que nous approchons de l’extinction de cette civilisation, le terme « apocalypse » n’a jamais été si populaire.
L’idée d’E.D.E.N. a surgi suite à une vision de ce que sera la prochaine civilisation. Avant la chute d’une civilisation, il y a toujours un petit groupe d’individus qui sont « avertis » de la catastrophe et ainsi sont en mesure de se préparer à traverser la transition. Les autres, dont ceux et celles qui ridiculisent ces « prophètes de malheur », périssent tout simplement.

La genèse du concept d’E.D.E.N. devait respecter la prémisse suivante : ne pas reproduire les erreurs des civilisations passées. L’Histoire que l’on enseigne à l’école relate que les atrocités perpétuées par tous les peuples qui ont vu le jour sur cette planète.

On vous a enseigné avec conviction que l’être humain a été chassé du « paradis terrestre » et qu’il fut condamné à vivre dans la souffrance ! Tout cela, que pour vous vendre une solution libératrice : la foi/la prière ! En même temps, les religions sont responsables des pires abominations humaines, des guerres les plus meurtrières. On a tué, torturé, brûlé, écartelé, martyrisé, persécuté... crucifié... au nom d’un personnage fictif inventé par des gens au pouvoir ! Tout cela, pour garder dociles les troupeaux d’humains près des bons bergers asservissants... grassement nourris et distraits.

L’Humain s’est éloigné de la Nature simplement pour s’agglomérer dans des centres urbains servant uniquement à alimenter les besoins sensoriels d’une poignée d’individus paresseux détenant le Pouvoir. On a fait croire aux humains qu’ils devaient s’élever au-dessus de son statut d’animal, et qu’une frange de savants pouvait contrôler la Nature.

Depuis quelques décennies, le « retour à la Nature » est de plus en plus populaire. Mais, la plupart des tentatives échouent parce que les participants reproduisent les mêmes erreurs de la société qu’ils condamnaient, reprennent la même structure... ce n’est que le décor qui change et non pas les actions relationnelles.

Pour se rapprocher de la Nature, il faut accepter de suivre Ses lois et non pas les lois établies par des humains détraqués.
E.D.E.N. n’est pas une question de ramener l’homme à un être mû par ses plus bas instincts, mais plutôt de lui offrir la possibilité de retrouver son existence naturelle.

Pourquoi l’Homme devrait-il consacrer son existence à travailler au service d’autres humains ?
Pourquoi ne pourrions-nous pas tous vivre en harmonie avec la Nature comme tous les autres organismes vivants de cet écosystème ?

Rien ne sert de combattre qui ou quoi que ce soit. Il suffit tout simplement de choisir (trouver) un territoire agréable, sécuritaire, autarcique... et de vivre heureux de l’air du temps !

E.D.E.N. veut offrir la possibilité d’évoluer avec le minimum de contraintes, en toute liberté. Toutes les philosophies cherchaient à établir des directives pour attirer le plaisir et chasser la souffrance. L’existence de l’humain doit être centrée autour de cette dualité.
En tant qu’organisme vivant, l’Humain doit suivre naturellement ces règles :

1) construire une habitation (protection des Éléments)
2) trouver et produire sa nourriture
3) défendre son territoire, ses possessions
4) s’accoupler d’un conjoint

L’amélioration qui distingue E.D.E.N. se situe à tous les niveaux. En premier, l’environnement tropical facilite la réalisation d’un abri contre les intempéries. Deuxièmement, l’autosuffisance alimentaire y est plus facile. Quant au troisième point, là se situe toute la distinction : E.D.E.N. est basé sur le partage (puisqu’il y a abondance en tout). Quatrièmement,... et bien, ce n’est qu’une question personnelle et que l’expression de l’Amour... naturellement émergente lorsqu’évoluant totalement libres et heureux.